Navigateur incompatible avec le site Starting Block
Conteneur global
Fil d'ariane
AccueilLa campagneActualitésTémoignages parrainsEntretien avec Marie-Amélie Le Fur, marraine de la Campagne Handivalides depuis 2009

Témoignages Parrains

Interview de Julien Avom Mbume, parrain de la Campagne 2015

Julien Avom Mbume

À l’occasion de la 10ème Campagne Handivalides, l’équipe de Starting-Block accueille un nouveau parrain sur la Campagne : Julien Avom, champion du monde Junior en haltérophilie handisport. Rencontre.

Bonjour Julien, pourquoi avoir choisi de devenir parrain de cette 10ème Campagne ?

J’ai décidé de m’engager auprès de Starting-Block dans le projet de la Campagne Handivalides car j’ai pris conscience que, pendant ma scolarité, je n’avais jamais été sensibilisé, au handicap en général, ni au handisport en particulier. De par mon parcours je sais que les personnes en situation de handicap peuvent pratiquer une activité sportive, mais beaucoup l’ignorent. Je veux pouvoir, avec cette Campagne, aller dans les établissements supérieurs, dans les universités, pour parler du handisport, afin que les personnes valides en parlent à leur tour, et qu’elles le fassent découvrir autour d'elles.

Pour moi, c’est une fierté d’être parrain de Campagne, d’autant plus que je n’ai jamais pensé qu’on me le proposerait. C’est un véritable honneur d’être porte-parole, de transmettre un savoir. Tous ne prendront peut-être pas en compte mon discours, mais l’important est qu’ils auront en leur possession les informations nécessaires à l’émergence d’une réflexion personnelle.

Cette année, le thème de la Campagne est « Sensibiliser aujourd’hui pour ne pas discriminer demain » - qu’est-ce que cela t’évoque, t’inspire ?

Cette phrase me rappelle l’adage « mieux vaut prévenir que guérir ». Faire ce travail de sensibilisation aujourd’hui, c’est s’assurer que les personnes qui ont été sensibilisées puissent transmettre des informations à leurs enfants et ainsi de suite… afin que ces discriminations ne puissent plus exister.

Cette année, de nombreuses journées de la Campagne proposeront des ateliers handisport. Penses-tu que ce soit un moyen efficace de sensibilisation auprès des valides ?

Le sport promeut des valeurs telles que la solidarité, l’esprit collectif… C’est aussi un biais ludique pour faire découvrir le handicap. Je pense donc que le handisport est une méthode adaptée et efficace de sensibilisation auprès des personnes valides… mais aussi un excellent vecteur d’inclusion pour les personnes en situation de handicap.

Je suis actuellement volontaire en service civique au sein du Comité Régional d’Ile de France Handisport. Je me suis engagé dans cette structure car j’espère vraiment développer le handisport afin que les jeunes et moins jeunes aient accès à des activités sportives comme toute personne valide. Notre objectif est de pouvoir proposer tous types de sport à n’importe quelle personne qui le souhaite.

Avec toi, nous lançons la 10ème Campagne Handivalides. 10 ans après la Loi 2005, as-tu remarqué une évolution au niveau de l’accessibilité en général (emploi, vie quotidienne…) ?

En termes d’accessibilité, il n’y a pas, selon moi, d’évolution ni d’amélioration conséquentes. Un immense travail reste à faire. En priorité, il serait important que tous les moyens de transport soient accessibles, grâce un ascenseur pour accéder aux stations de métro parisiennes, par exemple. En effet, ne pas pouvoir se rendre sur son lieu d’étude ou de travail avec les transports en commun est une forme de discrimination.

En revanche, un changement de mentalité parmi les personnes en situation de handicap s’est initié : elles sortent de plus en plus et sont moins isolées.

Tu as été champion du monde en catégorie Junior en haltérophilie à seulement 18 ans avec un record de 172 kg. Qu’est-ce que tu en retires ?

C’est une étape, un objectif atteint. Cela a représenté un travail de longue haleine, et quand un travail est récompensé, c’est toujours gratifiant ! Cela incite à travailler encore plus afin d’évoluer constamment.

Quels sont tes projets ? Tes défis ?

Au niveau sportif, je vise les qualifications pour les jeux paralympiques de 2016, à Rio. Au niveau personnel et professionnel, je souhaite reprendre mes études, mais celles-ci se doivent d’être compatibles avec mon sport, et surtout… elles doivent me plaire !

Merci Julien pour ton engagement ! En te souhaitant bonne chance pour les qualifications !

Propos recueillis par Aminata, volontaire campagne Handivalides à Starting-Block