Navigateur incompatible avec le site Starting Block
Conteneur global
Fil d'ariane
AccueilLa campagneActualitésTémoignages parrainsMarc : "lors de mes stages, j'étais le 1er collaborateur handicapé"

Témoignages Parrains

Marc : "lors de mes stages, j'étais le 1er collaborateur handicapé"

Marc a accepté de parrainer la Journée Handivalides à l’université Paris Ouest. Titulaire d’un Master RH, il fait un retour sur ses premiers pas dans le monde professionnel et les stratégies qu’ils développent pour sa recherche d’emploi actuelle. Très investi dans la vie sportive et culturelle de l’université, il est président de l’association Handiversité qui favorise l’inclusion au sein du campus.

Photo de Marc, parrain Université Paris Ouest

Bonjour Marc, merci d'avoir accepté de parrainer cette Journée. Peux-tu nous parler de ton cursus universitaire ?

Je me suis spécialisé dans les ressources humaines. J'ai commencé par une Licence AES, avec une option RH à partir de la 2e année. Suite à cela, j'ai entamé un master économie et société avec cette même spécialisation, ponctué de deux périodes de stage en entreprise, une de 3 mois et une de 5 mois. Aujourd'hui, je suis titulaire d’un master RH et en recherche d'un poste de chargé de recrutement.

Comment se sont passés tes stages ?

A chaque fois, j'ai été le premier collaborateur en situation de handicap visuel. Il a donc fallu que je sensibilise mon entourage professionnel. Dès mon arrivée dans le service, j'ai informé sur les comportements adaptés à avoir avec moi et expliqué mes méthodes de travail pour travailler dans les meilleures conditions. En réalité, il s'agissait surtout de rassurer mes collègues en leur montrant tout ce que je pouvais faire à condition qu'il y ait une bonne communication entre nous et qu'ils n'aient pas peur de me poser des questions. Grâce à cette intégration réussie, mes stages ont été de très bonnes expériences, à la fois pour moi, et pour l'entreprise. Mes collègues et responsables m'ont fait part de leur satisfaction et de l'enrichissement qu'ils en ont tiré.

Est-ce que cela ajoute une pression d'être le 1er collaborateur handicapé dans un service ?

Oui et non, je leur ai bien fait comprendre justement qu'il ne fallait pas généraliser. Les personnes déficientes visuelles sont comme tout le monde, différentes, chacune avec ses compétences, ses forces et faiblesses. Ce n'est pas parce que ça se passe mal ou bien avec une personne déficiente visuelle qu'il faut en tirer des vérités générales.

Tu recherches un poste de chargé de recrutement depuis 6 mois maintenant, quelles stratégies développes-tu ?

J'utilise à la fois les réseaux spécialisés pour travailleurs handicapés et les grands réseaux classiques : forum et salons de recrutement, sites généralistes de recherche d'emploi, réseaux sociaux.

Aujourd'hui, au bout de 6 mois de recherche, j'essaye de miser également sur mon réseau de connaissance que j’ai peu exploité jusque-là. Je contacte mes anciens collègues et responsables de stage, camarades de classe pour obtenir le maximum d'informations sur les opportunités d'emploi.

Tu es président de l'association Handiversité, peux-tu nous en dire plus sur vos projets ?

L'association Handiversité a pour objet de favoriser l'inclusion des étudiants handicapés sur le campus. En effet, l'université doit être un lieu de vie pour tous alors nous nous efforçons de créer de véritables synergies entre tous les étudiants pour améliorer l'offre sportive et culturelle par exemple. Nous avons récemment fait l’acquisition d'un fauteuil de mise à l'eau pour les personnes avec un handicap moteur et nous avons participé avec une équipe mixte à la Course Croisière de l'EDHEC. Nous travaillons également à l'ouverture d’une épicerie solidaire dès la rentrée de septembre, pour les personnes qui rencontrent des difficultés sociales, qu'elles soient étudiantes ou habitantes de la ville de Nanterre. Nous élargissons par ce biais notre mission sociale, en pensant l'accessibilité au sens large, montrant ainsi qu'une association de personnes handicapées peut s'intéresser à toutes les problématiques de société et peut tout à fait agir pour le bien commun.

Propos recueillis par Emilie Ouchet,

Starting-Block