Navigateur incompatible avec le site Starting Block
Conteneur global
Fil d'ariane
AccueilLa campagneActualitésTémoignages parrainsEtienne : « En s’engageant dans une association, on développe beaucoup de compétences.»

Témoignages Parrains

Audrey : « le handicap n’est pas un problème, mais pose parfois problème »

Audrey est vice-présidente de l’association Université Avenir Handicap (UAH), qui célèbre cette année ses 20 ans en organisant notamment une journée Handivalides à l’Université de Lille 3. Elle revient sur son parcours scolaire et universitaire.

Bonjour Audrey, pourrais-tu nous présenter ton parcours ?

Je m’appelle Audrey, j’ai 26 ans, je suis actuellement étudiante en Master métiers de la culture.

J’ai réalisé mon secondaire dans un Etablissement Régional d’Enseignement Adapté (EREA) à Berck-sur-Mer. J’ai fait ce choix car je suis picarde de naissance et que, dans cette région, il n’y avait pas d’établissement général accessible aux fauteuils qui permette également d’avoir le suivi médical dont j’avais besoin.

J’ai été en internat dans cet EREA pendant sept ans, mais je n’ai jamais considéré ce lieu comme un « ghetto ». Très tôt, j’ai été confrontée aux autres types de handicap et j’ai appris à vivre avec eux. Et je n’ai jamais eu de réel problème avec les « valides » par la suite : pas d’insulte, de moquerie, rien de tout cela…

J’ai commencé mes études supérieures en 2005 par un cursus de Mathématiques et Sciences Economiques et Sociales, mais j’ai bifurqué vers la filière Arts et Culture dès la Licence. Mon objectif professionnel est de travailler dans l’organisation d’événements culturels. Plus largement, je souhaiterais travailler avec quelque chose qui concerne la gestion du public.

Pourquoi avoir choisi l’université de Lille 3 ?

En premier lieu, parce que Lille et Villeneuve d’Ascq ont l’avantage d’être des villes bien accessibles et de proposer de très nombreuses filières d’étude. On a du Droit, du Sport, des Sciences, des Sciences sociales… Et puis je suis aussi partie à Lille parce que mon groupe d’amis avait décidé d’emménager ici !

J’ai passé les six premiers mois en internat à l’Institut d’Education Motrice (IEM) de Villeneuve d’Ascq. Le lieu assurait tout le côté médical (kinésithérapie et ergonomie) dont j’avais besoin. J’ai ensuite intégré un appartement semi pédagogique qui prépare à la sortie pendant un an et demi. Depuis, j’ai intégré une résidence universitaire ordinaire dans laquelle je suis toujours.

Peux-tu nous présenter ton association ?

Je suis actuellement vice-présidente de l’association Université Avenir Handicap (UAH), dont j’ai déjà été présidente, membre du Conseil d’Administration et simple adhérente. Cette association a été créée dès 1993 par un étudiant en situation de handicap qui rencontrait quelques problèmes dans ses études.

Le discours de l’association me correspond bien. L’UAH n’est pas l’association des étudiants en situation de handicap. C’est l’association des étudiants sensibilisés au handicap. On est ouvert à tous : aux étudiants qui se posent des questions, aux étudiants déjà sensibilisés qui souhaitent s’investir, aux étudiants qui ont un handicap et qui viennent ici pour être conseillés... On est une oasis, un point de repère sur le campus.

Nous disons aussi que le handicap n’est pas un problème, mais quelque chose qui pose parfois problème. On peut avoir un handicap, soit de naissance soit accidentel, mais au final ça n’empêche pas de vivre. C’est plutôt la manière dont on perçoit son propre handicap qui peut être un frein éventuel. Il existe toujours des tas d’astuces, de nouvelles manières de voir les choses, qui rendent le handicap complètement banal.

Et la vie étudiante, est-elle aussi accessible que les études ?

A l’université Lille 3, on a notre théâtre et notre cinéma sur le campus. Ils pourraient être plus accessibles, mais ils le sont quand même, relativement. Le cinéma proposera bientôt des films pour les déficients auditifs et visuels.

L’administration travaille également sur un projet de Maison des Associations. Actuellement, on a une multiplicité d’associations sur le campus et elles ne se connaissent pas forcément. Avec ce projet, on espère créer du lien et donc une vie étudiante de plus en plus accessible.

On peut donc dire que l’administration de l’université fait son possible pour faire du handicap une thématique transversale sur le campus.

---

Découvrez les photos et les vidéos de cette journée dans la galerie de notre site.

Retrouvez le compte rendu de cette journée sur le blog d’infos de Lille 3.