Navigateur incompatible avec le site Starting Block
Conteneur global
Fil d'ariane
AccueilLa campagneActualitésTémoignages parrainsEntretien avec Marie-Amélie Le Fur, marraine de la Campagne Handivalides depuis 2009

Témoignages Parrains

Doris, étudiante en Pharmacie : De la nécessité de former les étudiants au handicap

Doris, étudiante en Master 1 de Pharmacie à Université Joseph Fourier de Grenoble, revient sur son expérience de co-organisatrice de journée Handivalides. Elle souligne l’importance de la « compétence handicap » dans le parcours de formation des étudiants.

> Comment as-tu pris conscience que le handicap manquait à ton parcours de formation?

En 2012, j’étais référente de l’organisation de la journée Handivalides dans ma fac, l’occasion pour moi d’échanger avec d’autres étudiants autour du thème du handicap. Très rapidement nous avons imaginé – et simulé – ce qu’il pourrait se passer lors de la prise en charge de patients en situation de handicap arrivant à l’officine ou à l’hôpital. Cela nous a permis de voir quelles seraient nos réactions en tant que futurs professionnels de santé.

Ca a été l’élément déclencheur ! De nombreuses questions sur la prise en charge d’une personne en situation de handicap sont apparues. C’est pourquoi nous nous sommes renseignés auprès de notre administration, afin de savoir si des cours sur ce sujet nous seraient proposés. Malheureusement, dans le cursus de pharmacie, la prise en charge pratique des personnes en situation de handicap, leurs pathologies, leur quotidien, etc. ne sont pas abordés.

> En quoi cette lacune est-elle un obstacle pour ton parcours universitaire et professionnel ?

A partir de la 3ème année de pharmacie, nous pouvons travailler dans une officine en tant qu’étudiant en pharmacie. Ainsi, nous pouvons nous retrouver un jour face à une situation où une personne en situation de handicap arrive au comptoir. Que faire si une personne malvoyante entre dans une officine en nous présentant son ordonnance ? Comment lui indiquer à quelle boite correspond chacun de ses médicaments ?

De plus, nous n’avons pas de connaissance sur les pathologies associés au handicap et ce que cela implique au quotidien. L’officine, comme l’hôpital, peut être un lieu où les patients se confient, expriment leurs inquiétudes, leurs questionnements… En tant que professionnels de santé, nous nous devons de leur apporter une réponse, un soutien. Que répondre à une femme tétraplégique qui nous demande si elle peut être enceinte ?

> Quelles actions as-tu entreprises pour changer les choses sur ton campus ?

Dans le cadre de la journée Handivalides de mon établissement, nous avons organisé un temps de réflexion regroupant des étudiants de médecine, de pharmacie et des personnes de l’administration (dont la vice-doyenne responsable de nos études). L’occasion pour nous de leur montrer, par des mises en situations ludiques et participatives, le manque de connaissance sur le sujet du handicap. Notre vice doyenne a reconnu la pertinence de ce temps de réflexion et s’est déclarée prête à nous recevoir pour en parler. Un rendez-vous doit être programmé dans les mois à venir.

A l’heure actuelle, le cursus de pharmacie est en plein remaniement, Grenoble est la ville pilote de la réforme : c’est une occasion pour nous de faire remonter nos inquiétudes et nos propositions de changements dans notre cursus. Dans ce cadre, nous avons imaginé que des mises en situations concrètes pourraient -davantage que des cours théoriques – être des sources d’apprentissages et de réflexions nécessaire à l’exercice de notre future profession…