Navigateur incompatible avec le site Starting Block
Conteneur global
Fil d'ariane
AccueilLa campagneActualitésTémoignages parrainsGaël Rivière : « ce que j’ai demandé a servi à l’ensemble des étudiants. »

Témoignages Parrains

Gaël Rivière : « ce que j’ai demandé a servi à l’ensemble des étudiants. »

15 jours avant le lancement de la campagne, un petit déjeuner à l’aveugle a été organisé pour quelques journalistes. Objectif : les sensibiliser au(x) handicap(s) et leur donner envie de relayer notre message : le handicap, c’est l’affaire de tous !

Pour animer ce petit déjeuner, Gaël Rivière, parrain des journées Handivalides à l'université Panthéon-Assas depuis plusieurs années, étudiant en droit et médaillé d’argent avec l’équipe de France de cecifoot aux Jeux de Londres 2012, avait accepté de témoigner.

Bonjour Gaël. Peux-tu présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Gaël Rivière. J’ai 23 ans et je suis actuellement en Master 2 Droit des affaires et fiscalité à l’université Panthéon-Assas.

Peux-tu nous raconter ton parcours scolaire ?

Je suis né à la Réunion. C’est là que j’ai suivi ma scolarité, en milieu ordinaire, jusqu’à la classe de Seconde. J’ai ensuite choisi de venir seul à Paris où j’ai passé un an à l’INJA (Institut National des Jeunes Aveugles).

Tu n’avais pas encore 15 ans à l’époque. Pourquoi ce choix ?

C’était vraiment une volonté de ma part. J’avais envie de découvrir d’autres univers. Je pense que, à ce moment de ma vie, j’avais besoin de connaître d’autres non-voyants qui vivaient des situations comparables, ce qui n’était pas vraiment possible à la Réunion. C’est là que j’ai appris plein de petits trucs qui facilitent la vie des personnes déficientes visuelles.

Tu peux nous donner des exemples de ce que tu as appris?

Je me suis vraiment familiarisé avec l’informatique. Par exemple, j’ai tout simplement appris à surfer sur Internet… Cela m’a beaucoup aidé aussi au niveau des techniques de locomotion. Selon moi, pour apprendre à se déplacer en ville quand on est déficient visuel, y a rien de mieux que d’être accompagné par des personnes elles-mêmes non voyantes !

Tu as passé un bac S, puis tu es rentré à l’université. Comment ça s’est passé pour toi?

Je dois dire que ça s’est toujours plutôt bien passé. Je me suis retrouvé à chaque fois dans des universités où il n’y avait pas beaucoup d’étudiants en situation de handicap. Pour les enseignants, avoir un étudiant aveugle dans leur cours, c’était souvent nouveau. Mais ils ont su trouver les ressources nécessaires à partir des informations que je leur ai données pour que ça se passe bien. Mais dans mon cas, il n’y a pas vraiment eu besoin de trop d’intervention : juste le nécessaire pour que je réussisse à suivre les cours et à passer les examens.

Tu peux nous donner des exemples de ces interventions ?

En fait, au final, ce que j’ai demandé a servi à l’ensemble des étudiants. L’université a par exemple généralisé la mise à disposition des fiches de TD en format numérique sur le site internet. Ils ont aussi développé les podcast audio et vidéo. Ils me fournissent également les sujets des examens en format numérique.

Et pour les stages ?

Ca s’est toujours plutôt bien passé… Il faut dire que les nouvelles technologies avec tous les formats numériques aident beaucoup au niveau du handicap visuel. Ca a rendu accessible beaucoup de contenus. Les recruteurs, c’est comme les profs, il faut pouvoir les rassurer. Ils n’osent pas poser la question mais ils s’imaginent toujours que c’est très compliqué. Alors, j’essaie de faire preuve de pédagogie, de leur expliquer concrètement comment je travaille...

Finalement c’est comme si c’était toi qui les guidais ?

Oui, mais je pense que c’est normal ainsi. A la limite, ce que je pourrais reprocher aux gens par rapport au handicap, c’est de ne pas oser demander. Mais par contre, je ne peux pas leur en vouloir de ne pas connaître mon handicap. Moi-même, je ne connais pas tous les handicaps.

C’est un peu le message que tu voudrais faire passer aux personnes valides ?

Oui. Je leur dirais de ne pas essayer de tout comprendre à l’avance. Il vaut mieux accepter son ignorance et chercher à comprendre. Surtout que très peu de personnes en situation de handicap refuseront de vous expliquer !

Aujourd’hui, quels sont tes projets ?

Je termine mon master. Cet été, je vais préparer le concours du Barreau que j’espère réussir à la rentrée prochaine. A priori, je me dirige vers une carrière d’avocat en droit des affaires, mais ça peut encore évoluer en fonction des opportunités.

Sans oublier le sport ?

Bien sûr ! En parallèle, je vais continuer à pratiquer le cecifoot. Je fais partie depuis six ans de l'équipe de France de cécifoot qui est double championne d’Europe (2009 - 2011), et médaillée d'argent aux derniers Jeux Paralympiques de Londres. Ces compétitions ont vraiment été une super expérience.

Les prochains objectifs de l'équipe de France sont les championnats d'Europe de 2013 et à plus long terme les Jeux de Rio. A titre personnel, j'espère que j'aurai, avec mon club de Saint-Mandé, les résultats nécessaires pour pouvoir prétendre à poursuivre l'aventure avec la sélection nationale.

Envie d'en savoir plus sur le cecifoot? Découvrez cette vidéo :