Navigateur incompatible avec le site Starting Block
Conteneur global
Fil d'ariane
AccueilLa campagneActualitésTémoignages parrainsTémoignage d’Ivain, étudiant en deuxième année à l’Ecole des Mines de Paris.

Témoignages Parrains

Témoignage de Jean-Charles

Nous connaissons bien Jean-Charles, parrain de la Journée Handivalides à l'Université Paris-Est Créteil. L'an passé, en tant qu'élève au lycée Léon Blum, il avait participé au tutorat Handivalides, animé par des étudiantes de l'IFE (Institut de Formation en Ergothérapie). Il avait pu, avec elles, découvrir l'université en "avant-première". Alors, comment se passe cette 1ère année à la fac ? Nous allons aux nouvelles...

Photo de Jean-Charles"Je suis étudiant en 1ère année de LEA, Langues Etrangères Appliquées, à l’Université Paris-Est Créteil. J’étudie les langues et civilisations anglaises, américaines, australiennes, espagnoles, latino-américaines, et puis l’italien et la Langue des Signes. Il me faut tenir le rythme et être endurant pour ne pas m’essouffler avant la fin.


J’ai passé un bac littérature au Lycée Léon Blum de Créteil, dans un dispositif ULIS (Unité localisée pour l’inclusion scolaire). J’ai en effet gardé des séquelles motrices d’un trauma crânien survenu quand j’avais 11 ans. Je parle assez lentement depuis et on peut dire que je « prends mon temps pour la réflexion ». J’ai tout de même réussi à rattraper le wagon du collège après cet accident. J’étais assez fier de moi, même si cela a été dur.
Dans le dispositif ULIS au lycée, j’étais « intégré » - mot qui choque certains – c'est-à-dire que je suivais les cours dans des classes classiques. J’avais toutefois accès à certains dispositifs mis en place pour les élèves « porteurs de handicap ». C’est dans ce cadre que j’ai suivi des séances de tutorat en terminale, proposées par Starting-Block et animées par des étudiantes bénévoles. A travers ces rencontres et échanges hebdomadaires, j’ai pu découvrir le monde de l’université. Cela a été très rassurant pour la suite. Les tutrices m’ont aussi conseillé dans mon orientation, en me mettant en contact avec des étudiants qui suivaient le cursus que j’envisageais à l’époque.
J’ai aussi participé, avec elles (les tutrices, ndrl), à la Journée Handivalides à la fac. C’était un peu les « Journée Portes ouvertes Handivalides ». J’ai ainsi pu y découvrir en avant-première ma future université et rencontrer la chargée de mission handicap, Mme Chenaye. Les tutrices nous avaient aussi présenté les dispositifs mis en place dans le supérieur pour les étudiants handicapés. J’étais donc au fait de tout cela au moment de mon inscription. Je suis allé voir le médecin universitaire pour qu’il me donne un papier certifiant que mes soucis de santé nécessitent une aide à la prise de note et l’utilisation de mon ordinateur, lors des épreuves notamment. J'ai photocopié ce document et l'ai remis à chacun de mes professeurs.
L’étudiant preneur de note est devenu un ami, tout comme l’était mon AVS (Assistante de Vie Scolaire) au lycée. Je me souviens, je suis allé chercher mes résultats au Bac avec elle. Quand elle a vu mon nom sur la liste, elle était en pleurs et c’est moi qui ai dû la consoler !"
Propos recueillis par Emilie Ouchet,

Starting-Block