Navigateur incompatible avec le site Starting Block
Conteneur global
Fil d'ariane
AccueilLa campagneActualitésParoles d'expertsAgathe Fossier, Chargée de Mission Handicap du groupe Bosch en France

Paroles d'Experts

Les témoignages d’experts présentés dans cette rubrique ont été réalisé à l’occasion du 10ème anniversaire des Journées Handivalides.

Agathe Fossier, Chargée de Mission Handicap du groupe Bosch en France

Agathe Fossier, Chargée de Mission Handicap du groupe Bosch en France depuis 2007, témoigne des progrès d’un groupe dont le taux d'emploi de travailleurs handicapés se situe au-delà des obligations légales (6,9 % en 2011).

Agathe Fossier et Sonia Otmani

Comment le groupe Bosch a-t-il dépassé ses obligations légales en termes d’emploi des personnes handicapées ?

Selon moi, cette réussite est liée à un engagement sur le long terme de la direction et de l’ensemble des collaborateurs. La politique handicap du groupe est en effet bien antérieure à la création de mon poste.

Au niveau national, nous avons dépassé rapidement le taux de 6% de travailleurs handicapés prévu par la loi « handicap » de 2005. Mais les sites franciliens de Drancy et Saint Ouen (environ 1300 salariés) étaient en retard sur le sujet. La direction a donc négocié en 2007 un premier accord, signé par deux syndicats. Ces accords ont été renouvelés en 2011 et signés par trois syndicats.

Cela a permis la création d’une Mission Handicap, dont je suis responsable depuis 2007, et qui est venue redynamiser cette politique sur nos sites parisiens. La signature de ces accords nous a permis d’obtenir des moyens financiers et humains pour mener à bien cette mission. Aujourd’hui, tous nos sites respectent les engagements du groupe Bosch en faveur des personnes handicapées.

Depuis 2010, vous soutenez la campagne Handivalides. Pourquoi cet engagement auprès des étudiants en situation de handicap ?

Notre soutien à la campagne Handivalides a deux objectifs.

Premièrement, nous souhaitons sensibiliser les étudiants, handicapés et non-handicapés, susceptibles d’être embauchés demain au sein du groupe Bosch. Quand ils prendront leurs fonctions chez nous, ils auront déjà été sensibilisés en amont et seront donc « handi-accueillants ».

Deuxièmement, nous souhaitons toucher à travers cet événement national l’ensemble des étudiants handicapés qui pourraient être tentés de postuler chez nous. Nous souhaitons qu’ils sachent que nous sommes engagés sur ce sujet. Chez Bosch, nous recrutons nos collaborateurs sur leurs compétences, sans préjugé.

Vous faites régulièrement appel à l’association Starting-Block pour sensibiliser vos salariés. Pourquoi avoir choisi une association étudiante pour ces actions ?

Tout d’abord, il est important pour nous de faire appel, lorsque cela est possible, à des prestataires de l’économie sociale et solidaire. C’est pourquoi nous privilégions pour nos démarches les associations, ESAT et autres organisations sans but lucratif.

Mais nous ne pratiquons pas de discrimination, même positive ! Ces structures solidaires sont choisies par Bosch parce qu’elles sont au moins aussi efficaces que les autres. Il en va de même pour nos collaborateurs en situation de handicap qui sont recrutés uniquement sur leurs compétences.

Notre décision de travailler avec Starting-Block fait suite à notre participation aux journées Handivalides sur les campus. Nous avons beaucoup apprécié le côté jeune, dynamique, sympa et accessible de l’équipe de Starting-Block. Nous avons donc décidé d’organiser plusieurs journées Handivalides sur nos sites parisiens. Selon moi, il n’y a pas de différence entre sensibiliser des étudiants ou des collaborateurs. Au final, il s’agit toujours de faire tomber les préjugés.

Un message à faire passer aux jeunes qui organisent la campagne Handivalides ?

Je voudrais leur dire qu’il faut continuer à faire passer des messages pour l’inclusion des personnes en situation de handicap et ne pas s’arrêter en si bon chemin.

Chez Bosch, notre Mission Handicap mène un travail quotidien pour sensibiliser nos collaborateurs et trouver les meilleures solutions pour intégrer et maintenir dans l'emploi les personnes en situation de handicap.

Notre objectif final, en tant que Mission Handicap, c’est de disparaître ! Cela impliquerait que les managers et les collaborateurs sont eux-mêmes porteurs du message, que tous deviennent les ambassadeurs de la Mission Handicap. C’était d’ailleurs l’objectif que s’était fixé l’Agefiph lors de sa création en 1987 : accompagner la Société dans une étape de transition des mentalités. Mais il reste encore du chemin à faire…

---

Pour en savoir plus sur le partenariat entre le groupe Bosch en France, suivez ce lien.