Navigateur incompatible avec le site Starting Block
Conteneur global
Fil d'ariane
AccueilLa campagneActualitésParoles d'expertsFabienne Corre-Menguy, responsable du RHSE de l'UPMC

Paroles d'Experts

Les témoignages d’experts présentés dans cette rubrique ont été réalisé à l’occasion du 10ème anniversaire des Journées Handivalides.

Claire Magimel, sociologue du handicap

Témoignage réalisé à l’occasion du 10ème anniversaire des Journées Handivalides.

Claire, sociologue, investie dès la première semaine Handivalides, nous parle de son engagement à la fois personnel et professionnel sur la question du handicap.


Comment je me suis engagée :

En 2002, j’ai été informée de l’organisation de la semaine Handivalides par le Relais Handicap Santé de l’université Pierre et Marie Curie, commun à celui de l'Université Paris Diderot. A l’époque, je préparais la première thèse sur l'accompagnement des étudiants handicapés dans l’enseignement supérieur. C’est ainsi que j’ai rencontré l’équipe de Starting-Block et que je me suis retrouvée chargée de la communication et de l’organisation des tables rondes. J’en garde des souvenirs très forts : la création du terme « Handivalides », les longues réunions de travail, la bannière qui ne tenait pas… Etre associée à la Campagne Handivalides m’a permis de travailler avec le Conseil de la Vie étudiante de la Mairie de Paris où nous avons obtenu une modification dans la Loi de 2005 afin que les aménagements d'examen s'appliquent également aux épreuves de contrôle continu.

Ce que je fais aujourd’hui :

Mon militantisme sur la question n’a pas faibli, ni le temps que j’y consacre. En 2004, j’ai obtenu le 1er prix de l’OVE (Observatoire de la vie étudiante) pour ma thèse. Je suis depuis membre du Jury. Je suis également membre du comité de relecture du site Integrascol, fondatrice et secrétaire générale de la FÉDÉEH. J'ai professionnalisé mon expertise et travaille désormais en tant que consultante indépendante, en plus de mon emploi dans une mutuelle étudiante. J'ai notamment élaboré l'échelle de mesure qui permet de mesurer l'accessibilité des établissements d’enseignement supérieur dans le cadre du répertoire accessibilité créé par le CIDJ.

Selon moi, les défis actuels encore à relever :

2005 a représenté un tournant formidable, un déclencheur pour le changement des mentalités. Avec cette nouvelle loi, on est passé de l'idée d’intégration à celle d'inclusion. Mon engagement a toujours été basé sur cette notion d’accessibilité pour tous. Ma thèse avait pour vocation de fournir des ressources pour aider les professionnels à mettre en perspective leurs pratiques. Pour moi, l'accessibilité, c'est un état d'esprit, et je continue dans cette voie.

Atteinte d’IMC, j'ai eu un parcours en milieu ordinaire, je n'avais jamais côtoyé le handicap jusqu'à mon arrivée à la fac en 1991 où j’ai obtenu ma reconnaissance d’étudiante handicapée même si je ne me reconnaissais pas comme telle. J'ai trouvé à partir de là ma place dans la société et mon objectif social : celui de faire se rapprocher les personnes dites handicapées et celles considérées comme valides. Le nouvel enjeu, selon moi, est de faire vivre cette phrase qui servit de slogan à la première Semaine Handivalides en 2002 : « Pour que nos déficiences visibles et invisibles ne soient plus des handicaps ».

Trois mots pour me décrire :

Accessible, dynamique, rigoureuse

Propos recueillis par Emilie Ouchet, Starting-Block