Navigateur incompatible avec le site Starting Block
Conteneur global
Fil d'ariane
AccueilLa campagneActualitésParoles d'expertsMarion Sebih, responsable des partenariats chez Hanploi

Paroles d'Experts

Les témoignages d’experts présentés dans cette rubrique ont été réalisé à l’occasion du 10ème anniversaire des Journées Handivalides.

Eric Chenut, Président de Droit au Savoir

Témoignage réalisé à l'occasion du 10ème anniversaire des Journées Handivalides.

Eric Chenut, Président du Collectif inter associatif Droit au Savoir, a accepté de nous parler de son parcours d'engagement sur la thématiques des études et du handicap.

Mon engagement

En 1990, j'étais étudiant à Nancy et très impliqué dans la vie syndicale de l'université. Cet engagement m'a amené à m'intéresser à la question de l'intégration des étudiants handicapés, je me rendais compte de toutes leurs difficultés, étant moi-même déficient visuel. J'ai fait de cette question un dossier politique, pour l'accès aux études, et c'est à partir de là que je me suis rapproché du secteur associatif et du monde enseignant, pour infléchir les pratiques universitaires. Notre travail à Droit au Savoir a commencé de façon informelle dans les années 95 : des associations, mutuelles, syndicats se sont regroupés pour agir sur les difficultés d'accès et de transition entre le lycée et l'enseignement supérieur.

Nous avons progressivement gagné du terrain, lancé des partenariats avec l'Agefiph qui nous ont permis de financer plusieurs services notamment le SISU (Service d'Intégration Scolaire et Universitaire) à Nancy, avec logement adapté, accompagnement 24/24 et un service projet professionnel.

Ce que je fais aujourd'hui

Ce qui est important maintenant, c'est d'évaluer et modéliser les initiatives qui fonctionnent afin de les généraliser. En 2009, nous avons lancé une base de données qui recense tous les services existants pour les jeunes en situation de handicap, ceux-ci étant très

différents d'une région à une autre. Les jeunes handicapés bloquaient leur envie de mobilité, parce qu'ils ne savaient pas si, en changeant de ville, ils allaient bénéficier des mêmes services d'accompagnement. Cet outil leur permet donc de faire leur choix d'orientation et de mobilité

en toute connaissance de cause. Le revers, c'est que cela met en avant tous les manques sur les territoires.

Selon moi, les défis actuels à relever

Un des enjeux que j'identifie est l'égalité territoriale parce que c'est le seul moyen pour garantir l'égalité d'accès aux études supérieures. À Nancy sont proposés des services intégrés d'accompagnement mais on n'y dispense pas, par exemple, de formation en aérospatiale. Alors si, à Toulouse, dans cette filière, un étudiant a besoin d'un service d'hébergement et d'un accompagnement 24/24 mais que celui-ci n'existe pas, soit sa candidature ne sera pas retenue, soit il va devoir s'en occuper par lui-même. Avec la prestation de compensation du handicap, tout est toujours possible, mais si on n'organise pas les choses de manière coordonnée, c'est l'étudiant qui doit coordonner lui-même ses accompagnements. Dans ce cas, il n'est plus étudiant mais logisticien de son handicap. C'est pour cela qu'on revendique depuis des années un financement de la coordination.

Trois mots pour me décrire

Exigeant, pugnace, militant

Propos recueillis par Emilie Ouchet, Starting-Block