Navigateur incompatible avec le site Starting Block
Conteneur global
Fil d'ariane
AccueilLa campagneActualitésSave the date

Actualités

Sport et Handicap, une collaboration idéale ?

Handisport à l'UFR STAPS de Caen

Cette année, le handisport a été mis à l’honneur pendant la Campagne Handivalides. Coup de projecteur sur la pratique sportive, vecteur d’intégration et de sensibilisation, à condition d’être adaptée au handicap des pratiquants.

Toute personne en situation de handicap peut faire du sport à condition que cette pratique soit compatible avec son handicap. Marie-Amélie Le Fur, marraine de Campagne Handivalides, athlète handisport et récemment médaillée triple championne de France en saut en longueur, ne peut que confirmer cette affirmation.

De nombreux sports, deux fédérations

Afin de rendre accessible la pratique sportive au plus grand nombre, la France compte deux fédérations distinctes, la Fédération Française du Handisport (FFH) et la Fédération Française du Sport Adapté (FFSA).

Il faut différencier ces deux fédérations, même si l’une comme l’autre ont à cœur de mettre à disposition la pratique sportive pour un grand nombre de personnes en situation de handicap.

La Fédération Française de Handisport a vu le jour en 1977, mais existe sous d’autres noms depuis 1954. Elle rassemble l’ensemble des personnes ayant un handicap moteur, physique ou sensoriel. Pour pratiquer un sport, ces personnes ont besoin d’une adaptation au niveau du matériel en adéquation avec leur handicap. En revanche, les règles restent les mêmes que pour les valides.

La Fédération Française du Sport Adapté, quant à elle, a été créée par des familles de personnes en situation de handicap mental et fédérée par de nombreux centres adaptés. Elle regroupe les personnes ayant des handicaps mentaux, pour leur permettre de pratiquer une activité sportive. À l’inverse, le handicap mental demande une adaptation au niveau des règles, car le problème vient surtout de la compréhension et non de l’inadéquation du matériel.

La Sarbacane, un sport adapté

Un impact physique et psychologique

Le sport est connu pour avoir de nombreuses vertus, que ce soit au niveau mental ou physique. Pour une personne valide, c’est avant tout un moyen de rester en forme. En ce qui concerne les personnes ayant un handicap, la pratique sportive aura un impact nettement plus important à différents niveaux : physique, psychologique et social.

Le sport permet de lutter contre divers problèmes articulaires ou musculaires, en développant des qualités physiques de base comme la vitesse, l’adresse, la résistance musculaire. Ainsi, les personnes avec un handicap moteur voient certaines de leurs douleurs et/ou troubles apaisés par une pratique sportive.

Au niveau psychologique ensuite, le sport peut aider les personnes à retrouver confiance en elles et surtout à vaincre les complexes liés à leur handicap. De plus, le sport contribue à développer une force mentale qui les aidera dans leur vie quotidienne. En effet, comme l’a affirmé Delphine Le Sausse championne du monde de handi ski nautique lors d’une Journée Handivalides à Sup’ de Co Montpellier, « Le sport m’a beaucoup aidée sur le plan psychologique et ce, malgré les inconvénients que cela peut engendrer au niveau physique ».

En effet, la pratique sportive pour les personnes en situation de handicap peut aussi provoquer des douleurs et des troubles musculaires indésirables. Delphine Le Sausse est passée par là, mais admet n’avoir pas arrêté sa pratique pour autant : « Je ne pouvais me résoudre à abandonner le ski tant cela me faisait du bien », explique-t-elle.

Le sport n’est pas forcément négatif ni positif pour les personnes en situation de handicap. Au vu de la variété et des différences entre les handicaps, il est surtout important d’adapter la pratique sportive à un niveau individuel en fonction du handicap de chacun et de son potentiel et d’en discuter avec son médecin.

Le handisport, un moteur d’intégration et de sensibilisation

Par ailleurs, force est de constater que le sport est un véritable facteur d’intégration sociale. Le simple fait d’être au sein d’un club, d’une équipe, d’un groupe, est une façon de combattre le repli sur soi et l’isolement. Cela encourage le collectif et l’esprit d’équipe.

Dans le cadre de la Campagne Handivalides, notre équipe a proposé divers handisports sur les campus. Quelques sports adaptés ont été présentés à l’UFR STAPS de Caen durant leur Journée tels que la sarbacane. En effet, perçu comme un bon moyen de sensibilisation auprès des valides, le Handisport a été mis à l’honneur cette année. Le Torball, destiné aux personnes déficientes visuelles, l’Handiboxe ou le Volley Assis pour les personnes à mobilité réduite ont rencontré un franc succès auprès des étudiants. Ces derniers n’en connaissaient pas l’existence auparavant mais ont tous félicité l’accessibilité de ces sports aux personnes handicapées.

Finalement, pratiquer un sport peut être bénéfique pour les personnes en situation de handicap, à condition que cette pratique soit encadrée et adaptée. « Le tout est de commencer par l’acceptation » de ses propres limites, estime Delphine Le Sausse. Alors seulement, le sport peut devenir « un moyen de se reconstruire », conclut l’athlète.

Frédérique et Aminata, volontaires Campagne Handivalides