Navigateur incompatible avec le site Starting Block
Conteneur global
Fil d'ariane
AccueilLa campagneActualitésUn équipage mixte sur le Trophée Mer de la Course Croisière de l'EDHEC

Actualités

Faciliter les transitions en Picardie

Comment faciliter les liens entre enseignement secondaire et supérieur ? Voilà un enjeu récurrent des établissements pour la continuité des parcours des jeunes en situation de handicap. En effet, comme le montre régulièrement les témoignages de ces jeunes, se posent des questions sur les informations qui leur sont communiquées au lycée, sur leur suivi individuel et sur la continuité des dispositifs dédiés.

La Journée Handivalides à l’Institut Polytechnique LaSalle Beauvais a été l’occasion d’évoquer ce défi en Picardie.

Journée Handivalides à LaSalle Beauvais

En effet, Xavier Quernin, chargé de mission handicap de l’école a choisi d’organiser un groupe de travail avec des partenaires locaux pour envisager des pistes concrètes d’actions. Etaient présents : Mme Marie Bugny – Directrice adjointe de l'Enseignement Catholique de l’Oise (DDEC), Mme Véronique Luce – Coordinatrice pédagogique de la licence professionnelle « Accueil professionnalisé des publics à besoins spécifiques » à l’Université de Picardie Jules Verne, Mme Nathalie Bertin Boussu - Directrice Promotion et Diversité Campus d'Amiens et Référente Handicap à France Business School Amiens, Mme Lysiane Leroy - directrice du SESSAD de l’APF de Beauvais, Mme Ghislaine Oosthoek – Enseignant Référent du secteur de Beauvais (Académie d’Amiens), Mme Marie-Laure Souplet – Handi Formation , auteur du livre L’intégration scolaire et socioprofessionnelle, Mlle Rosine Riera – Etudiante, coordinatrice du programme PHARES à LaSalle Beauvais et M. Maxime Lecoeur – Etudiant à LaSalle Beauvais.

D’abord, les différents intervenants font le point sur les freins identifiés et sur les difficultés qu’ils rencontrent au quotidien.

Sont ainsi évoqué le manque de connaissance, de la part des établissements secondaires, des dispositifs mis en place dans les établissements d’enseignement supérieur, notamment les initiatives innovantes de soutien et d’entraide portées par les étudiants eux-mêmes. C’est ainsi que le programme PHARES, tutorat national à destination des jeunes en situation de handicap, mériterait d’être plus connu et davantage investi pour favoriser la continuité des parcours.

Les étudiants handicapés font le même constat d’un manque de communication général sur l’accessibilité des établissements et des filières, qui peut décourager des ambitions. Comme le souligne un responsable d’université, les étudiants handicapés préfèrent parfois ne pas déclarer leur handicap et ne consultent pas les informations dédiées, pourtant accessibles sur le site Internet.

Est ensuite évoqué le manque de formation des personnels de l’Education Nationale et de l’Enseignement Supérieur sur la question du handicap. Particulièrement, les enseignants référents ne reçoivent pas de formation adaptée. La difficulté provient aussi d’un manque de moyen, selon les intervenants. Par exemple, au vu du nombre de dossier traité par enseignant référent, il n’est possible que d’assurer un suivi administratif.

Face à ce constat, chacun s’accorde sur le fait que les solutions ne pourront venir que d’une alliance entre dispositifs institutionnels, dans la durée et avec des effets structurants, et des initiatives locales, de terrain et multi-acteurs.

Concernant ce type d’initiatives justement, il a été décidé une collaboration lors de ce groupe de travail pour créer une dynamique handicap autour du prochain forum régional « Forum du lycéen à l’étudiant », qui sera organisé à Amiens en janvier 2015.

L’objectif est que les lycéens handicapés, comme tous les lycéens, aient l’opportunité de participer à ce salon généraliste, mais qu’ils puissent y trouver des informations sur le handicap. Il s’agira de rendre l’espace handicap plus visible, de laisser une place importante aux chargés de mission handicap des établissements supérieurs et aux étudiants handicapés. Et bien entendu, de veiller à ce que le salon soit accessible, ainsi que les transports collectifs pour s’y rendre.

Une belle initiative que nous ne manquerons pas de suivre !

Emilie Ouchet,

SB