Navigateur incompatible avec le site Starting Block
Conteneur global
Fil d'ariane
AccueilActualitésRetour sur

Sensibiliser sur le sexisme en milieu scolaire : retours sur action !

 

 

Animer en milieu scolaire sur les questions des droits des femmes, quand, comment, pourquoi ? Ces dernières années, la thématique a été davantage abordée lors d’actions en milieu étudiant, ou ouvertes à toutes et (co-)portées par Start’. Nous pensons aux doc’actions sur le consentement, par exemple, ou sur l’empowerment des femmes, menés l’an dernier. En milieu scolaire, nous expérimentons la thématique depuis septembre à travers un parcours de 7 séances pour les élèves décrocheurs scolaires en dispositif relais, sur les différences et discriminations. Une sensibilisation complète de 3h est dédiée au sexisme, nous permettant d’aborder pleinement le sujet.

Objectifs de la séance ? Faire émerger les représentations genrées, savoir définir ce qu’est le sexisme et identifier les conséquences de ce dernier. Si on peut faire émerger des leviers d’action en plus de ça, on est au top.

Les élèves sont invité.e.s dans un premier temps à s’interroger individuellement et collectivement sur les représentations genrées qu’ils et elles ont à propos des aspects de la vie quotidienne : cuisine, repassage, jeux vidéo, drague, sport… Est-ce plutôt un « truc de filles » ou « un truc de garçons » ? Le jeu « Fais pas genre », créé par UnderConstruction, est un outil idéal qui permet de se représenter les différences sur une balance Roberval, apportant à l’activité un côté visuel favorisant le ludisme.

Dans un second temps nous avons proposé aux élèves de réfléchir à la différence entre sexe et genre et de tirer au sort différentes propositions à replacer au bon endroit. L’occasion d’aborder l’influence de la culture, des médias, de l’éducation, de la société, de la religion sur nos comportements, mais aussi de rappeler les différences biologiques entre filles et garçons, un temps d’autant plus important qu’ils et elles traversent la période charnière de l’adolescence.

Le timeline adapté sur les droits des femmes nous a permis ensuite d’aborder la question des droits acquis tout au long des derniers siècles et restant à acquérir. Pour ce faire, nous avons réutilisé la version du jeu inventée par Starting-Block à l’occasion du WEF de novembre 2017 et nous l’avons adaptée à un public jeune en incluant également des droits liés aux hommes. Les élèves ont donc pu se rendre compte que certains droits avaient toujours existé pour les hommes, et qu’ils avaient fallu attendre plusieurs siècles avant de voir leur pendant féminin. Nous avons également abordé la question de certaines opinions populaires (« les hommes ne savent pas se retenir », « le rose c’est pour les filles »), imaginées comme relevant parfois du bon sens ou du naturel, alors qu’elles ont évolué dans le temps.

Il a paru important à l’équipe de ne pas oublier les conséquences du sexisme sur les garçons. Le clip d’Eddy de Pretto, « Kid », regardé en groupe, a offert un support intéressant pour relever les injonctions masculines. Une deuxième vidéo regardée ensuite, reprenant le trajet d’un soir d’une jeune femme rentrant chez elle et exposée à diverses formes de harcèlement de rue, fut l’occasion de parler des violences quotidiennes subies par les femmes et de l’importance d’agir lorsque l’on est témoin.

La journée s’est terminée sur une activité « insultes », particulièrement plébiscitée par les élèves (mais ne généralisons pas, certain.e.s peuvent être, contrairement à nos idées reçues, mal à l’aise à l’idée d’avoir un espace autorisé d’insultes), où ces dernier.e.s ont noté toutes les insultes qu’ils et elles connaissaient sur des post-its. Ce temps nous a permis d’analyser ensemble la prépondérance du sexisme et de l’homophobie (du racisme, également) dans les insultes majoritairement employées dans la vie quotidienne.

Verdict ? Sur les 6 élèves de l’atelier-relais que nous avons animé.e.s en janvier et février, 4 (deux filles, deux garçons) ont indiqué lors de leur bilan écrit avoir remis en question leurs stéréotypes et préjugés sur les différences filles/garçons. Notons que la thématique de l’homophobie que nous abordons dans une autre séance semble apporter plus de résultats positifs sur cette question. L’orientation sexuelle leur paraît peut-être plus « étrangère » et encore assez peu ancrée en termes d’opinions et de croyances, contrairement aux représentations genrées qui suivent les élèves et les nourrissent quotidiennement depuis leur naissance.

Ne soyons pas pessimistes, si les deux autres (une fille et un garçon) n’ont pas écrit noir sur blanc avoir remis en question leurs préjugés et stéréotypes, des petites graines ont été plantées et pousseront peut-être un peu plus tard, avec le temps ou d’autres expériences sur leur chemin ;-)

Si vous souhaitez utiliser l’outil « timeline des droits des femmes », n’hésitez pas à écrire à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.. Nous vous enverrons la trame du jeu ainsi que les fichiers des droits.

Image : la première photo illustre le timeline des droits des femmes version "adulte" lors du parcours genre du WEF de novembre 2017.