Navigateur incompatible avec le site Starting Block
Conteneur global
Fil d'ariane
AccueilActualitésRetour surUn week-end de création de jeux

A Evry nous sommes allé-e-s...

La fraîcheur du vent d'automne s'engouffre prestement dans les couloirs. À l'extérieur, la pluie fine et froide caresse doucement les fenêtres impassibles alors que les feuilles tombées de l'arbre parsèment les allées de leurs couleurs sombres et mélancoliques... Brrr !

Heureusement, il y a Start' pour réchauffer tout ça !

C'est à l'occasion des journées handicap sur le campus à l'école Télécom de Évry que nous avons pu rehausser le niveau du thermomètre, les 24 et 25 novembre derniers. Près de 150 étudiant-e-s sont venu-e-s partager des émotions, des rires et des idées autour de 4 ateliers ludiques et participatifs de mise en situation.

Le handicap, kézako ? C'est la question à laquelle ces futur-e-s diplômé-e-s ont pu partiellement répondre en expérimentant différentes situations.

« Mais… J'fais comment là ? »

C'est à partir de 14h que nous avons accueilli de nombreux groupes sur notre intrigant parcours fauteuil dont les sièges n'ont cessé de se remplir jusqu'à la fin de journée. Le but de cette activité est d'avoir un aperçu de ce que rencontre une personne en fauteuil au quotidien. Marches, courtes pentes, pavés… Les choses les plus simples à pieds peuvent nous réserver quelques surprises ! Les étudiant-e-s ont notamment pu éprouver la dimension physique d'un tel moyen de locomotion. Une façon amusante de questionner nos représentations !

« Clément ? T'es où ? Mais t'es sûr que c'est par là ?! »

Pas facile de se rendre en classe les yeux bandés. C'est avec l'aide de plusieurs startien-ne-s que les élèves se sont rendu-e-s à leur salle de cours en l'absence de vision. Muni-e-s d’une canne blanche et de leur sac, ils/elles ont parcouru les couloirs de l'école en tentant d'éviter les obstacles sur leur passage. C'est alors les autres sens qui « prennent le pas » pour fournir les informations nécessaires à l'orientation. Pas sûr qu'ils/elles soient tou-te-s arrivé-e-s à l'heure !

En tout cas, l'outil a reçu un excellent accueil et les rires ont maintes fois retenti entre les murs !

Si on vous dit « Sacabazar »... Ça vous titille, n'est-ce pas ?

Le principe est simple : 2 équipes (de 1 à… 5, 1000, 10 000 personnes!) ont chacune devant elle un sac identique, rempli d'objets improbables, choisis par nos soins. Le but du jeu est de faire deviner à l'autre équipe quel est l'objet pioché en en faisant une description physique. Celle-ci doit ensuite retrouver l'objet identique qui se trouve dans leur propre sac. Facile ? Pas si sûr !

Eh oui, pour corser le tout, les participant-e-s sont équipé-e-s d'un masqueoccultantquicachelalumièredujouretcelleartificielleetpuisaussilescouleursparcequelescouleursenfaitc'estaussidelalumière. Enfin un bandeau noir, quoi.

Un jeu fort amusant qui propose une expérimentation du handicap visuel, à l'instar du parcours à la canne. Nous avons accueilli plusieurs groupes d'étudiant-e-s sur cet atelier qui a permis des échanges pertinents et éclairés sur la situation des personnes aveugles.

Après une bonne nuit de sommeil, nous étions de retour le lendemain pour assurer un repas à l'aveugle avec une équipe au top !

Une quarantaine de personnes se sont prises au jeu et ont partagé ce déjeuner particulier sous les conseils avisés de nos deux animatrices non-voyantes. Chaque participant-e a été accueilli-e avec son plateau-repas, masqué-e puis guidé-e jusqu'à sa table où se trouvaient déjà plusieurs convives. Imaginez-vous déjeuner dans une salle inconnue, dont vous ne connaissez ni les dimensions ni la disposition, avec des personnes dont vous ne pouvez qu'attester de leur voix. Grisant, non ?

Au-delà de l'aspect pratique (essayez donc de vous servir à boire les yeux bandés!), cette animation permet d'échanger avec des inconnu-e-s en faisant abstraction de toute considération physique et donc de limiter, dans une certaine mesure, les préjugés !

Les rires ont illuminé la pièce de laquelle émanait, si ce n'est une certaine odeur alléchante, le doux parfum de l'esprit critique. Les étudiant-e-s et autres participant-e-s sont reparti-e-s l'estomac rassasié et des questions plein la tête. Une expérience inoubliable semble-t-il !

Un grand merci à tou-te-s d'être venu-e-s partager votre bonne humeur et vos interrogations à nos côtés !

Et si vous souhaitez (re)participer à un repas à l'aveugle, mon petit doigt me dit qu'il se pourrait que vous soyez bientôt exaucé-e-s… !