Navigateur incompatible avec le site Starting Block
Conteneur global
Fil d'ariane
AccueilActualitésRetour surPremiers pas au CA de Starting-Block !

Le WAMI, une formation qui libère

WAMILe WAMI, c’est le Week-end d’Approfondissement des Méthodes d’Intervention, organisé chaque année par l’association Genepi, qui sensibilise aux questions carcérales, pour leurs bénévoles les plus motivé-e-s. Starting-Block y intervient comme formateur depuis plusieurs années. Yoann, volontaire à Start et bénévole au Génépi, nous raconte la dernière édition, qui s’est déroulée les 24 et 25 janvier 2015.

Mais c'est quoi le Génépi ?

Le Genepi, c'est une association estudiantine composée d’environ 1 200 membres dans toute la France. Son objectif est de questionner le rôle et les effets de la prison, de créer des passerelles entre l’intérieur et l’extérieur de ses murs. Le but est de rendre les lieux d’enfermement moins opaques et plus respectueux de l’humain, mais aussi de susciter – au sein de la société civile et des débats politiques – une réflexion qui prend en compte l’univers carcéral.

Et c'est quoi ses actions ?

Les actions du Genepi se jouent sur plusieurs terrains : auprès du grand public, des détenus et des bénévoles. L’association sensibilise le grand public ou les publics scolaires à la thématique carcérale, mais intervient aussi en détention auprès des personnes incarcérées dans le cadre d’activités socio-culturelles, artistiques, scolaires ou sportives, afin de (re)créer un lien entre elles et la « société libre ». Par ailleurs, le Genepi organise des formations pour faire avancer la réflexion et permettre aux bénévoles de perfectionner leurs techniques d’animation (à l’extérieur des prisons) et d’intervention (à l’intérieur).

D’accord, mais quel lien avec Starting-Block ?

D’abord, le Genepi fait partie du Réseau SENS. Ensuite, depuis quelques années, le Genepi interroge énormément ses pratiques. Il s’inspire notamment des méthodes d’éducation populaire, tant pour créer une dynamique participative lors d’ateliers en détention, que pour s’inscrire dans une démarche plus pédagogique auprès du public extérieur ou tendre à une plus grande horizontalité entre ses membres. C’est dans cette logique que le Genepi a de nouveau invité Starting-Block à animer un parcours de formation lors du WAMI 2015. D'ailleurs cette édition du WAMI a été renommée WASAMI, pour "Week-end d'Approfondissement au Sens des Actions et aux Méthodes d'Intervention". Au Genepi on ne manque pas de piquant !

Concrètement il s’est passé quoi au WASAMI ?

4 parcours de formation, des problématiques multiples et 5 associations pour animer. D’ailleurs, seule une de ces associations est en lien direct avec la prison. Cela laisse à penser que tous les questionnements qui ont émergé durant ce week-end – qu’ils aient porté sur le public, le sens des outils pédagogiques, la vie associative ou la posture d’animateur-trice – sont transverses à beaucoup (sinon à toutes) les associations qui se réclament de l’éducation populaire.

Ainsi, on peut évoquer la volonté commune de faire des ateliers participatifs, riches de sens et d’échanges. Avec cette année une particularité : interroger la charge politique de l’éducation populaire et donc (peut-être ?) des actions du Genepi. C’est pourquoi, dans le parcours « actions extérieures » animé par Starting-Block, les jeux de positionnement et les outils de débat étaient à la fête !

Qu'est-ce que tu retiens de ce week-end ?

Ce que ce WASAMI m’a appris, c’est qu’il faut oser tous les croisements inter-associatifs, même les moins évidents. Pour le Genepi, la solidarité et la citoyenneté ne devraient pas s’arrêter aux portes des prisons. Quant à moi, j’irais même encore plus loin : je suis convaincu que ces deux valeurs gagnent en force et en cohérence si elles ne s’arrêtent pas aux portes de son association. Il faut les porter en dehors de notre zone de confort.

Ce que je retiens c’est qu’un entresoi (le fait de se cantonner à un groupe relationnel) peut nous faire gagner confiance en nous et nous amener à l’action dans un premier temps. Mais le remettre en question et s’ouvrir à l’autre – d'autres personnes ou d'autres associations – c’est permettre à nos actions d’aller dans la bonne direction voire même de converger avec celles de l’autre.

En fin de compte, un entresoi trop prolongé fabrique des experts déconnectés des enjeux de la société. C’est donc là que résidait tout l'intérêt de ce week-end, car le WASAMI permet un dialogue entre des spécialistes (et des non-spécialistes) de domaines différents. Pour moi c'est là qu'est la politique dans son sens le plus noble. L’éducation populaire et l’ECS ont permis ce dialogue, en cela elles sont pour moi hautement politiques.

Alors un grand bravo à toutes les personnes présentes au WASAMI pour avoir fait de la politique en s’amusant ! Des remerciements tous particuliers à Florie et Hélène pour avoir animé à mes côtés, aux 14 participant-e-s de notre parcours pour leur énergie et à Aurélie et Olivier pour leur engagement pour une convergence des associations au sein du Genepi !

Et qu'est-ce qui va ressortir de ce week-end ?

Peut-être un Jeu de la Ficelle version prison… Ça vous intéresse ? Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. sans hésiter !

Yoann, volontaire formation