Navigateur incompatible avec le site Starting Block
Conteneur global
Fil d'ariane
AccueilActualitésRetour surSoirée doc'action "Barakeden"

Au WEF, la citoyenneté se voit, la solidarité s’entend

110 participants, 30 organisateurs et 40 intervenants. Le 23ème WEF a profité de l’expérience des éditions précédentes pour offrir à tous deux jours exceptionnels autour de l’Éducation à la Citoyenneté et à la Solidarité (ECS).

Les participants du WEF

Les classiques du WEF… et les nouveautés

Les 90 participants venus pour la première fois ont pu découvrir les incontournables du WEF : des dizaines d’outils pédagogiques participatifs (Débat mouvant ou en croix, Tapis du bazar, Le pas en avant, Jeu des Chaises, Photo-langage), des mises en situations (Parcours canne, fauteuil…) et des jeux de rôles. L’heure était aussi aux débats avec les parcours du samedi pour penser autrement l’animation, la solidarité internationale ou le handicap avec des questionnements sur la posture de l’animateur.

Mais les incontournables s’accompagnaient aussi de quelques nouveautés : des thèmes inédits pour les parcours réflexion du WEF. Cette année, la discussion a porté sur « Les médias » et « Le climat ». Comprendre les médias, s’en servir pour faire vivre son engagement citoyen et politique, définir les termes de laïcité et de politique, tels étaient les enjeux au cœur du premier thème. Le second thème, « le climat comme déclencheur des transformations sociales », s’est déroulé autour du jeu Cop in my City mis au point par l’organisation CliMates.

Ce week-end a aussi été l’occasion de faire se rencontrer quelques "newbies" (petits nouveaux), comme les nouveaux tuteurs du programme Handivalides, avec les "anciens" du WEF et leurs projets loufoques, comme Jérôme Martin et le parcours autoproclamé OAVNI (Objet Audio-Visuel Non Identifié, accessible ici) qui commençait dès le vendredi soir. Le résultat ? Un week-end où la citoyenneté est à l’honneur, et ça se voit !

Des chansons, du théâtre et des bières

Le WEF, week-end phare de l’ECS, a donc su (ré)concilier tou-te-s ces acteurs et actrices, futur-e-s et ancien-ne-s, engagé-e-s sur la thématique du handicap ou dans la solidarité locale ou internationale. Un mariage réussi et une ambiance survoltée notamment grâce au dévouement des crieurs publics qui firent sonner haut et fort l’engagement des participant-e-s, leur humour, leurs déclarations d’amour.

Retentissante également, la Batucada d’Afric’Impact : BatukaVI (en bonus, juste là) ! Eh oui, c’est bien une dizaine de jeunes batucaviens de La Villeneuve (un quartier de Grenoble) qui a débarqué à la cafétéria de l’EIVP en plein milieu de l'apéro. Dans la cafèt résonnaient par ailleurs les bières artisanales de Simon et Alizée, deux bénévoles très engagé-e-s (article ici), pour « ré-enflammer » participants et intervenants fatigués. Comme quoi, la solidarité sait aussi se faire entendre !

Et comment oublier le cabaret d’improvisation de la troupe du Griffe qui a conclu cette première journée par des éclats de rire ? Les crieurs publics ont annoncé nos comédiens rugissants, invitant les participant-e-s à nourrir le spectacle d’improvisation de leur imagination sans borne. Les plus fêtard-e-s (ou bavard-e-s ?) ont joué les prolongations au bar Jolie Môme, les autres étaient bien contents de recouvrer leurs forces pour la journée du dimanche.

Penser l’animation et le réseau autrement

Car oui, dimanche, c’était reparti pour un tour ! À l’Assemblée Générale du Réseau SENS, les débats ont porté sur la répartition des tâches liées à l’animation du Réseau, les difficultés actuelles de Starting-Block et la nécessité de penser une autre façon de faire fonctionner le Réseau. L’occasion pour les participant-e-s et associations de se rencontrer et de travailler ensemble dans un but commun. Également au programme, un jeu sur les médias (Un Vrai / Info), un atelier sur la désobéissance civile, un autre sur la prison et l’éducation, et des activités sur l’accessibilité de nos assos ou sur les discriminations.

Ça paraît beaucoup ? Il y en avait encore plus ! Il faut évoquer aussi le village de l’ECS : LE temps du WEF où les participants peuvent proposer leur propre animation, et passer 2 heures à hésiter entre une présentation du revenu de base inconditionnel, un atelier origami et une séance de yoga en aveugle.

Bref, le WEF c’est OUF. Alors c’est sûr, vous ne raterez sous aucun prétexte la prochaine édition car « c’est un excellent endroit pour réfléchir et préparer le monde de demain » (Simon). Rendez-vous fin mars-début avril à Lyon. D’ici là, vous pouvez vous engager dans l’Education à la Citoyenneté et à la Solidarité et rejoindre les vaillants bénévoles du WEF, « des personnes motivées, engagées, pleines d'envies » (Alizée) dans une des nombreuses animations organisées par Starting-Block !

Yoann, volontaire chargé des formations