Navigateur incompatible avec le site Starting Block
Conteneur global
Fil d'ariane
AccueilActualitésRetour sur Un jumelage, un mélange de différences !

« Les tuteurs ont un rôle de relais »

Jennifer et Déborah lors de la clôture de la campagne Handivalides 2013

Jennifer a assisté à la conférence de clôture de la campagne Handivalides 2013, qui portait sur le tutorat Handivalides de Starting-Block. L'occasion pour elle de faire le bilan de son engagement startien. Elle a été l'une des premières tutrices du projet, avant de devenir stagiaire sur la campagne Handivalides 2012, et enfin bénévole sur diverses animations en lien avec le handicap.

En table ronde, le temps défile toujours trop vite, donc j'ai préféré laisser la place aux questions, au lieu de donner mon propre témoignage en plus des deux tuteurs déjà présents, qui ont très bien répondu d'ailleurs ! Mais je tiens ici à donner mon propre bilan sur ce rôle de tuteur.

J'étais tutrice au cours Morvan, dans une classe mixte qui rassemblait entendants et sourds, connaissant ou non la LSF (Langue des Signes Française). Cela m'a apporté une expérience auprès de jeunes adolescents, face à un groupe un peu difficile. J'ai appris comment composer avec leur humeur.

Pour ma part, je suis dyslexique. Je me différencie de la plupart des autres tuteurs car j'ai moi-même un vécu de personne handicapée (enfin, je me reconnais davantage sous l'appellation « personne dyslexique »). Du coup, j'ai une autre approche des choses.

Pour moi un tuteur est tout simplement une personne extérieure aux élèves ayant un rôle de relais. On fait du lien entre nos propres connaissances et celles des jeunes, toujours dans leur intérêt. C'est une personne qui donne de son temps pour être auprès des jeunes, pour les guider afin qu'ils apprennent à mieux se connaître, à mieux connaître les métiers et pour être plus ouverts au monde qui nous entoure. Cela se fait sans jugement. C'est un temps donné aux jeunes pour s'exprimer en-dehors des cadres habituels qu'ils connaissent : contexte scolaire, familial... Je pense que ce tutorat m'aurait aidée car au collège, j'étais très introvertie, peu sûre de moi. Avec le tutorat, je me serais peut-être permise une certaine prise de parole plus tôt.

Après une année de tutorat, je voulais participer à la Campagne Handivalides. Pourquoi cette envie ? Parce que j'ai toujours été dans une démarche de partager mon expérience et ce que j'ai appris. Je trouve important de donner aux gens des informations clé pour éveiller leur réflexion, en particulier dans le domaine du handicap.

J'ai profité d'un stage à faire dans mes études pour rejoindre la campagne Handivalides 2012. Avec une animatrice sourde, Agnès, j'ai co-animé l'atelier de sensibilisation à la surdité. C'était enrichissant car chacune a apporté à l'animation son expérience et ses connaissances, nous avons construit l'atelier de façon commune. J'ai particulièrement apprécié les échanges de points de vue entre nous et avec les étudiants.

A la fin de la campagne, j'ai continué à m'investir, de façon bénévole, dans les animations startiennes en lien avec le handicap. J'ai participé à des actions touchant divers publics allant des jeunes à l'école primaire jusqu'aux étudiants. J'ai pu gagner encore de l'expérience en adaptant mon animation en fonction du public et des lieux d'action. J'ai aussi participé à l'animation de formations pour transmettre des techniques à de futurs animateurs. Enfin, j'ai pris part à des réunions pour contribuer aux réflexions en interne à Starting-Block, sur le bénévolat et la vie associative notamment.

Pour résumer, je dirais que je donne et je reçois à travers chacune de ces différentes animations ! Je donne, en transmettant des connaissances et mon expérience dans le seul but d'éveiller les consciences. Je reçois, en gagnant de l'expérience, en ayant des occasions de m'exprimer et de combattre ma timidité, tout en me perfectionnant dans les techniques d'animation. Merci Starting-Block !!!

Jennifer Supatto

Jennifer a été interviewée par l'émission « L'œil et la main » sur France 5 pour parler de son parcours et de l'aide que lui a apportée la Langue des Signes pour vaincre sa timidité et sa dyslexie : voir le reportage « La langue en partage ».