Navigateur incompatible avec le site Starting Block
Conteneur global
Fil d'ariane
AccueilActualitésPortraitFlorie et Estelle, engagées pour l'ECS

Julie, volontaire tutorat

Julie a travaillé sur le projet du tutorat toute l’année. Elle a également alimenté le blog ! C’est à son tour aujourd’hui de se faire interviewer pour revenir sur ses 9 mois de volontariat à Starting-Block…

Bonjour Julie ! Peux tu nous rappeler la période sur laquelle tu as été volontaire et comment tu as connu l’association Starting-Block ?

Bonjour Cora ! Je suis volontaire depuis le 14 octobre et aujourd’hui c’est mon dernier jour. Et oui, tout a une fin, même les bonnes choses ! J’ai tout d’abord répondu à une annonce publiée sur le forum DEAF France (plateforme de partage d’informations sur la culture sourde) pour devenir tutrice. Puis il y'a eu notre rencontre dans ce cadre et tu m’as tellement bien parlé du volontariat sur le tutorat que ça m'a donné envie !

Peux tu nous donner un mot pour décrire ton volontariat à Start ?

C'est difficile de résumer en un seul mot... je choisirais riche !

Rappelle nous les principales missions de ton volontariat…

Mes principales missions étaient en lien avec le bon fonctionnement du projet tutorat dans son ensemble :

  • La coordination de la moitié des groupes de tutorat (suivi des groupes, animation de réunions, rédaction de bilans)
  • L'animation des séances en tant que tutrice dans 2 groupes de tutorat
  • L’alimentation du blog communication partage d’outils
  • La préparation de temps de formation pour les tuteurs

Quels est ton meilleur et ton pire souvenir ?

Je pense que mon meilleur souvenir restera une séance de tutorat au collège Morvan.Nous réalisions le tournage d'une émission avec la classe de 3eme dont j’étais tutrice. C’était une classe difficile parce que certains jeunes parlaient le français et d’autres parlaient la LSF. Il y a donc une forte barrière de la langue qui provoquait des problèmes de compréhension entre les élèves.

Pendant cette séance, Ashmi, qui est sourd, a joué le rôle du journaliste intervieweur et Valentin, qui parle le français, jouait le rôle du chroniqueur. Du coup, un jeu de questions/réponses bilingues LSF/français a commencé et cela a créé un vrai déclic au sein du groupe ! Ce fut moment super à vivre de cohésion et de bienveillance.

Au dela des objectifs du tutorat, nous nous étions fixés entre tuteurs, l’objectif de créer une bonne entente avec tous les jeunes malgré ce problème de communication, ce fut donc un défi réussi !

Je n’ai pas vraiment de "pire souvenir" ! Le plus dur à gérer : les transports en commun ! Les journées où le matin tu es à Pantin, puis en séance bilan à l’autre bout de Paris l’après midi, c’est fatiguant !

N’était-il pas trop difficile de jongler entre ton rôle de tutrice et ton rôle de coordinatrice ?

Au début si. Lors du 1er CyFoH par exemple, il a fallu que je brise la glace avec les groupes de tutorat que j’allais suivre tout en suivant ce temps en tant que participante, comme les autres tuteurs.

Je n’avais pas peur d’être en difficulté par rapport à mes différentes casquettes, j’avais plutôt peur que les tuteurs ne les comprennent pas.

Mais après les 1eres réunions il n’y a plus eu de problème, tout le monde a compris mes missions de volontaires au sein de l’association.

Finalement, je dirais que le fait d’être à la fois tutrice et coordinatrice était plutôt une force car cela m’a permis d’être plus légitime dans ma position de suivi des groupes, de rassurer. En effet, en tant que tutrice, je savais de quoi je parlais.

A quelles autres actions de l’association as-tu participer ?

J’ai pu participer à plein d’actions, me permettant de voir une belle palette d’activités de l’association !

Tout d’abord, j’ai participé à 2 journées de jumelages coordonnées par Carla (un projet qui propose des rencontres dans l’année entre une classe de collège ordinaire et une classe de collège spécialisé). La première se passait dans le collège Thomas Mann avec 2 classes. Ce fut une découverte aussi bien pour eux que pour moi.

J’ai également pu être présente lors de la dernière journée, qui réunissait les 4 établissements participant au projet. Cela représente un nombre conséquent de jeunes ! Ca s’est super bien passé, entre autre parce que la thématique était super fun : Fort Boyard !

Pour moi, il s’agit de journées très utiles car les échanges entre les jeunes sont spontanés et la "barrière" du handicap tombe tout de suite.

J’ai également participé à 3 journées Handivalides et au Salon de l’Education. Ce fut un temps très intense avec beaucoup de participants. Parfois, c'était presqu’une classe entière qui se présentait autour de l’atelier que j’animais.

Vas-tu rester en lien avec starting block ?

Je vais devenir bénévole ! Prioritairement sur les actions qui traitent du handicap car elles me touchent particulièrement. Mais si j’ai l’occasion de participer aux actions d’animation sur d’autres thématiques (solidarité, environnement, interculturalité…) en milieu scolaire, ce sera avec grand plaisir !