Navigateur incompatible avec le site Starting Block
Conteneur global
Fil d'ariane
AccueilActualitésPortraitPortrait SENS - Avenir en Héritage

Les anciens du tutorat nous parlent

Hugo, Camille, Claire, Lilia et Laura, d'anciens tuteurs, ont accepté d'accorder de leur temps pour nous raconter leur expérience. Voici leur retour :

Si tu devais résumer ton expérience de tuteur en un mot ?

Hugo, tuteur au collège Louis Issaurat auprès de jeunes en situation de handicap moteur et cognitif (2011-2012) : Beaucoup de joie

Camille, tutrice au lycée Léon Blum auprès de jeunes en situation de handicap moteur et cognitif (2012-2013) : Très enrichissante

Claire, tutrice au collège Victor Hugo auprès de jeunes dyslexiques ( 2012-2013) : Formatrice

Lilia, tutrice dans l'établissement spécialisé Maurice Coutrot auprès de jeunes en situation de handicap moteur (2012-2013) : Chargée en imprévus

Laura, tutrice au collège Palissy (troubles autistiques) et au collège Victor Hugo (2012-2013) : Généreuse

Peux-tu nous raconter une anecdote marquante lors de cette année ?

Hugo : Une des tutorées était extrêmement timide et laissait beaucoup les autres parler pour elle. Petit à petit, elle a pris confiance en elle, et un jour, elle a coupé la parole à l'une de ses camarades en disant "Tu te trompes ! Ce n'est pas ça !" Ce qui était inimaginable au début.

Camille : Il y avait une des jeunes de notre groupe qui n'est quasiment jamais venue aux séances et je me demandais pourquoi elle continuait à venir de façon intempestive. J'avais l'impression que ça ne lui apportait rien. Et en discutant avec la professeure référente, j'ai compris que nos séances lui permettaient simplement de se changer les idées et de la sortir de son quotidien difficile.

Claire : Le jour où l'évaluateur du projet est venu, il a voulu mettre en place son propre atelier : un pendu, mais dans une classe de dyslexiques. Nous avons donc dû deviner des mots comme "chateure" (chanteur), et c'est vite devenu un bon moment de fou rire ! Mais à force de travailler avec les élèves, c'était dur de se rappeler qu'ils ont un handicap puisque la dyslexie est un handicap invisible.

Lilia : Une des choses dont je me souviendrai, c'est la difficulté avec laquelle mon groupe de tutrices et moi avons tenté de faire entrer les jeunes du collège dans l'enceinte de la Cité des sciences et de l'industrie à la Villette ! Nous avions tout organisé de A à Z pour que cette journée puisse être des plus ludiques, intéressantes, et amusantes... Mais la simple entrée dans la cité n'a pas été des plus faciles : ascenseurs extérieurs en panne, escaliers partout alors que la moitié des jeunes sont en fauteuil roulant, et surtout le professionnalisme des agents de sécurité qui ne nous ont pas aidés plus que ça en voyant que nous étions un peu perdus. Nous devions trouver un autre moyen d'entrer. Cependant, nous avons réussi à nous rattraper et cette journée s'est bien conclue. Les jeunes ont tellement aimé la sortie qu'ils en ont oublié la catastrophe de la matinée. Ils ont également fortement apprécié les chocolats que nous leur avons distribués en fin de journée !

Laura : Avec les jeunes de l'établissement Palissy, nous nous sommes rendus à une journée Handivalides et leur implication surtout sur le parcours en fauteuil a été très forte. J'ai également savouré les bons fous rires pendant les séances, en particulier une activité de mime.

Au collège Victor Hugo, la première rencontre avec les jeunes s'est faite en milieu d'année. J'ai eu l'idée de faire une séance pour que l'on se connaisse mieux. Nous avons beaucoup discuté et nous avons fait le dessin de notre "partenaire idéal" ce qui a occasionné de bons fous rires !

Peux-tu nous préciser un ou des ateliers qui ont particulièrement bien fonctionné auprès des jeunes ?

Hugo : Un atelier qui a très bien marché était inspiré de l'improvisation. Dans un premier temps, les jeunes devaient tirer dans un chapeau une phrase courte. Ils devaient alors faire deviner au reste du groupe la phrase par le mime. Dans un second temps, nous avons terminé par des petites improvisations sur le thème des entretiens d'embauche.

Ces ateliers ont permis aux tutorés de prendre confiance en eux et d'amener un certain nombre de questions sur le monde du travail et sur les entretiens en général.

Camille : Les jeux de rôles avec des mises en situation d'entretien d'embauche. Un jeune et un tuteur prenaient différents rôles de candidat et d'employeur. Les jeunes ont apprécié de travailler sur une situation concrète.

Claire : L'atelier qui a le mieux marché est le débat de positionnement. Chacun donne son opinion en se mettant d'un côté de la salle.

Lilia : Un des ateliers que les jeunes ont beaucoup apprécié a été le "karaoké". Nous avions demandé leurs goûts musicaux et avons établi une playlist en fonction. Une autre séance qui a beaucoup plu aux jeunes fut l'intervention d'un bénévole de Starting-Block en situation de handicap. Il nous a raconté son expérience et son vécu professionnel, mais les jeunes lui ont vite posé des questions concernant son quotidien et les éventuelles difficultés liées à son handicap. Les jeunes se reconnaissaient dans son histoire. Nous avons reçu un bilan très positif des jeunes sur cette intervention ce qui nous a permis de revenir dessus durant les séances suivantes.

Nous avons également créé des frises personnalisées pour chaque jeune, en inscrivant leur parcours personnel, les moments forts de leur vie... Par contre, ils n'étaient pas vraiment enthousiastes quand nous leur proposions une activité plus créative, comme "inventer une histoire, se projeter dans le futur".

Laura : Le mime des métiers et le pendu

Quelle sortie avez-vous faite avec les jeunes ?

Hugo : Le tutorat ayant débuté en janvier, nous n'avons pas eu le temps d'organiser de sortie.

Camille : Une journée Handivalides

Claire : Nos jeunes ont beaucoup aimé la sortie au musée Grévin et la journée Handivalides a également plu même s'il n'y avait qu'un seul jeune présent.

Lilia : Une journée à la Cité des sciences

Laura : Avec les jeunes de l'établissement Palissy, nous avons assisté à une journée Handivalides et avec les jeunes du collège Victor Hugo, nous sommes allés au musée Grévin.

Merci à eux pour leur témoignage et bonne continuation !