Navigateur incompatible avec le site Starting Block
Conteneur global
Fil d'ariane
AccueilActualitésPortraitPortrait de l'association Ebisol

Emma, marraine de journée Handivalides

Emma Merheb, marraine de journée HandivalidesHandicap et grandes écoles, c’est possible ? La campagne Handivalides a rencontré des étudiants qui prouvent que oui ! Emma Merheb, étudiante de 18 ans en situation de handicap moteur, est en première année de DUT gestion des entreprises et des administrations à l’IUT Louis Pasteur de Schiltigheim (Alsace). Elle compte bien intégrer une prestigieuse école de commerce à Strasbourg, suivant l’exemple de Thibaud Bry, un ancien parrain de journée Handivalides en 2012 et 2014.

Marraine de la journée de sensibilisation qui se déroulait le 4 mars 2015 dans son établissement, Emma a accepté de témoigner sur son parcours.

Aujourd’hui, tu es marraine de la Journée Handivalides dans ton propre IUT. Qu’est-ce que cela représente pour toi ?

Je suis contente car cela permet d’apporter de la lumière sur le handicap dans les établissements d’enseignement supérieur, au moins une journée par an ! Je pense que c’est important de sensibiliser les jeunes car ce sont eux qui pourront agir dans l’avenir en faveur de l’intégration des personnes en situation de handicap dans la société. Parce qu’aujourd’hui, ce n’est toujours pas gagné…

Tu parles d’intégration sociale, est-ce que tu penses qu’il y a beaucoup d’efforts à faire pour atteindre cet objectif ?

Effectivement, nous sommes en 2015 et cela fait 10 ans que la loi de 2005 sur l’égalité des chances est passée… Cependant, chaque jour, nous sommes confrontés à des problèmes d’accessibilité.

L’IUT Louis Pasteur est accessible, fort heureusement, mais en ville, c’est plus compliqué. Les jeunes en situation de handicap ne sont pas assez intégrés, on a plus tendance à les inscrire dans des centres.

Estimes-tu que les personnes en situation de handicap sont mieux représentées aujourd’hui ?

Avec la loi de 2005, cela a évolué de manière positive, certes, mais malgré cela, mes amis et moi n’avons pas rencontré de personne en situation de handicap durant toute notre scolarité, hormis moi. Ce n’est pas normal : il y a des personnes en situation de handicap à tous les niveaux de la société, sans distinction de classe ni d’âge, alors pourquoi nous ne les croisons pas au quotidien ?

J’aimerais voir plus de représentations des personnes handicapées, que ce soit dans la société ou dans les médias… et surtout que ces personnes ne soient pas résumées à leur handicap.

Cette année, la Campagne Handivalides met l’accent sur le handisport. S'agit-il d'un bon moyen de sensibilisation, d'après toi ?

Dans certains cas, malheureusement, le handicap est vecteur d’exclusion et isole notamment les étudiants. Le sport, en tant qu’activité collective, peut renforcer la cohésion dans un groupe. Je pense donc que le handisport permet de souder des individus, de faire découvrir des activités, de sortir de sa routine et de s’amuser !

Pour finir, quels sont tes projets ?

L’année prochaine je continue mon DUT en deuxième année de gestion des entreprises et administrations, option Petites et Moyennes Organisations (PMO). D’autre part, j’ai passé un concours qui me permettra d’intégrer une EM (Ecole de Management) en 3e année : je m’inscrirai donc à la Strasbourg Business School, qui est également accessible aux personnes en fauteuil roulant.

Propos recueillis par Aminata, volontaire à Starting-Block