Navigateur incompatible avec le site Starting Block
Conteneur global
Fil d'ariane
AccueilActualitésFocusEt si vous faisiez pousser des fermes !

Et si on créait une Société-monde ?

Ces derniers jours, la capitaine du Sea Watch Carola Rackete est devenue le symbole de la crise migratoire européenne et du sauvetage des migrant·es face à l’extrême droite et son « Europe-forteresse ». Elle a été arrêtée dans la nuit du 28 au 29 juin pour aide à l’immigration clandestine et non-respect de l’ordre d’un navire militaire italien de ne pas pénétrer dans les eaux territoriales italiennes. Après 17 jours d’attente à l’entrée du port de Lampedusa, la capitaine a décidée de forcer le blocus italien. La capitaine, son personnel et ses 40 migrants attendaient l’accord des pays européens et de l’Europe pour être accueillis. Mais la situation n’évoluait toujours pas et selon son témoignage la « situation devenait incontrôlable » à bord. Après son arrestation elle encourait dix ans de prison, mais a été libérée le 2 juillet 2019.

 

Son arrestation a fait réagir l’Europe entière. Des appels à dons ont été organisés, de nombreuses pétitions ont été signées et de multiples rassemblements se sont formés partout en Europe. Notamment en France où 160 associations, syndicats, collectifs citoyens ont appelés à se rassembler à Paris le mercredi 3 juillet pour exiger sa libération, la protection des droits des personnes éxilé·es, que tous les bateaux de secours soient accueillis dans tous les ports de l’Union Européenne et que l’Europe et les pays membres prennent leurs responsabilités quant à l’accueil des personnes migrantes.

 

Malheureusement comme nous le voyons aujourd’hui, il est loin le temps d’une Europe accueillante… Nous nous souvenons de la belle histoire italienne qui avait accueilli bon nombre de chiliens après le coup d’Etat de Pinochet en 1973. L’ambassade d’Italie à Santiago avait recueilli près de 600 personnes fuyant les persécutions de Pinochet pendant l’année qui a suivi le coup d’Etat. Un simple mur, suffisamment bas pour pouvoir être sauté par un humain, séparait alors la rue de Santiago du Chili vers un exil politique en Europe. Cet évènement est merveilleusement bien raconté par Nanni Moretti dans son documentaire Santiago, Italia. Le film donne d’abord une clarté historique en résumant la politique de Salvadore Allende puis le coup d’Etat de Pinochet, et questionne finalement sur : qu’est devenu l’Italie qui accueillait autrefois des réfugiés chiliens et refoule aujourd’hui des bateaux de migrants ? Avec, au bout une angoisse persistante : et si l’Italie de Salvini se mettait à ressembler au Chili de Pinochet ?