Navigateur incompatible avec le site Starting Block
Conteneur global
Fil d'ariane
AccueilActualitésFocus

Reportage sur le milieu scolaire à Start' : épisode 2

Milieu scolaire, vous avez dit milieu scolaire… mais à quoi correspond ce « nouveau » pôle de Starting-Block, cette équipe d’animateurs/trices Startien-ne-s à qui on ouvre les portes de plusieurs écoles primaires, collèges et lycées tout au long de l’année ? Et si aujourd’hui on dévoilait les secrets qui nous intriguent tou-te-s : Qui sont-ils/elles ? Que font-ils/elles ? Comment préparent-ils/elles leurs animations ? Continuons notre reportage et partons sur les terres de ce bureau, caché dans un coin tout au fond des locaux de Starting-Block, mais pas si discret que ça !

Tout au long de l’année, le milieu scolaire se déplace dans de nombreux établissements en apportant une éducation populaire, ludique et participative entre ses murs où l’éducation est « Nationale » et où le savoir est à priori défini au sein de programmes scolaires. Starting-Block attache beaucoup d’importance depuis ses débuts à ses actions inscrites en milieu scolaire, et à la manière de penser la complémentarité entre ces deux rapports à l’éducation, au savoir… On a osé mettre un pied dans leur bureau, et même leur poser quelques questions. Moments d’échanges pédagogiques forts, cette retranscription est libre.

Mais avant tout chose, qui sont-ils/elles ?

L’équipe est un trinôme. Quasi. Mamy-Tina coordonne le projet Tutorat, Sabrina organise et anime des parcours dans les établissements, Ariane suit les différents projets et… Ficouss, ficus qui enjaille leur bureau (et leurs esprits), trônant au milieu de la pièce !

Animer en milieu scolaire oui, mais pourquoi ?

Reprenons directement les mots de l’équipe : « nous trouvons pertinent d’animer en milieu scolaire afin de pouvoir sensibiliser la génération de demain, celle qui prendra la relève. Face à un public en pleine construction de soi, nous souhaitons participer à l’épanouissement et au réveil de leur esprit critique. Sur les bancs de l’école, nous participons à une démarche d’ouverture en créant des liens entre l’école et l’extérieur, en entre-ouvrant les murs et en essayant d’ouvrir de nouvelles portes. Et puis, les élèves, avant d’être les adultes de demain, sont des citoyen-ne-s, acteurs/trices de la société actuelle, et sa transformation à construire».

« A travers nos animations, nous apportons une autre forme de savoir et d’éducation. En cassant le rapport d’un groupe-classe face à un tableau blanc et en installant les chaises en cercle par exemple, ou en utilisant des jeux, en libérant l’expression des ressentis, sous différentes formes, nous occupons l’espace de la salle-classe différemment de son utilisation quotidienne. Et cela nous parait fondamental, pour rappeler qu’avoir un autre rapport au savoir et à la connaissance est possible. »

Et concrètement, késako ?

« A Start’ aujourd’hui, c’est plutôt les partenaires (profs ou collectivités territoriales) qui viennent vers nous. Tout commence par un appel ou un mail, la plupart du temps les professeurs veulent porter un projet spécifique, comme une préparation au voyage de leur classe. Si le projet rentre dans notre démarche pédagogique, nous rencontrons les professeurs portant le projet pour en savoir plus. Suite à cette réunion, c’est le moment de définir les objectifs en se demandant ce que l’on veut partager, qu’ils/elles reçoivent, qu’ils/elles se disent. Mais aussi à quel point on souhaite qu’ils/elles se questionnent, et sur quoi.

Pour un projet comme celui de la préparation au voyage par exemple, on va se pencher sur la thématique de l’interculturalité en définissant des objectifs généraux et spécifiques : décrypter les liens entre ici et là-bas à travers la consommation, prendre conscience de notre propre construction culturelle, se préparer à la rencontre, établir et dépasser nos préjugés, ou s'approprier collectivement et individuellement le voyage. »

Tellement de projets, tellement de publics différents, tellement de thématiques et de contextes différent-e-s… mais comment ils/elles font, ces trois-là ? Des supers-héros de l’anim ‘ ?

« C’est vrai, on aborde plusieurs thématiques. Et c’est vrai aussi que les publics, faut pas croire l’uniformité du milieu scolaire, est beaucoup plus diversifié que l’on croit ! Mais, on ne dirait pas qu’il y ait réellement une difficulté à jongler entre ces thématiques. L’intérêt pédagogique est aussi ce côté systémique des thématiques : elles sont souvent reliées, prétexte à corrélation, entrent en connexion, en relation, en miroir. Dans la préparation de chaque animation, on stimule notre propre réflexion, on se questionne nous-même, en découvrant des outils, en discutant entre nous. On s’étonne à se poser des questions qu’on ne se serait pas forcement posées dans notre quotidien, hors du contexte startien. En animant auprès des jeunes, on se sensibilise nous même à travers des confrontations d’idées et des jeux. »

En bref, nous retiendrons :

  • Aucun projet ne se ressemble, aucune classe ne se ressemble et aucune séance ne se ressemble !

  • L’équipe Anim’Sco’ garde les portes ouvertes si vous avez des questions, des envies de monter des projets, de venir animer avec nous

  • Et toutes les dates à retrouver dans l’agenda du site, ou par ici !