Navigateur incompatible avec le site Starting Block
Conteneur global
Fil d'ariane
AccueilActualitésFocus

Papiers SVP : dans la peau d'un migrant

Bureau de la préfecture - Papiers s'il vous plaît Obtenir des papiers et régulariser sa situation, c’est souvent un parcours du combattant pour de nombreux migrants en France. Pour sensibiliser et informer sur les difficultés qu’ils traversent, Starting-Block a organisé une soirée « Papiers s’il vous plaît ! » pour le Doc’Action d’avril. L’occasion de revenir sur cet outil pédagogique riche et instructif.

Jouez s’il vous plaît !

Le 29 avril 2015, dans les locaux de Starting-Block, 23 invités se sont glissés, pour la soirée, dans la peau de migrants, d'un juriste, de policiers, de préfets… Bal masqué ? Non, ils ont simplement participé au jeu de rôle « Papiers s’il vous plaît ! ».

De son petit nom « PPSVP », cet outil a été créé par l’équipe de Starting-Block en 2010, à l’initiative de Fouad Eddé – le jeu est d’ailleurs basé sur sa propre expérience. « Papiers s’il vous plaît ! » est un jeu de rôle qui permet de découvrir différents parcours de migrants en France et les démarches administratives nécessaires pour obtenir un titre de séjour ou un droit d’asile.

Chaque joueur reçoit ainsi une enveloppe qui contient l’histoire de son personnage, ses missions, et surtout son « badge de langue ». En effet, l’une des grandes réussites du jeu est qu’il parvient à transposer les difficultés de communication qu’éprouvent les migrants au quotidien. Ainsi, chaque personnage porte un badge représentant les langues qu’il parle et ne pourra communiquer qu’avec les autres joueurs parlant la même langue que lui.

Des personnages diversifiés

Les joueurs peuvent incarner soit un migrant, soit un citoyen « lambda » ou encore une instance administrative, de manière à représenter le tableau le plus complet possible.

Au niveau des migrants, chacun a une histoire, une culture et une situation singulières, d’un éminent chercheur japonais à un demandeur d’asile tchétchène en passant par le travailleur malien, clandestin depuis quinze ans. En dépit de leur hétérogénéité, les migrants ont le même objectif : régulariser leur situation en obtenant des papiers.

Ils peuvent compter sur le soutien des citoyens, réunis sous la forme d’une association fictive de défense des droits des réfugiés et des migrants. L’association les accueille et les accompagne dans leurs démarches administratives et juridiques auprès des institutions. Ainsi l’interprète peut traduire les documents et donner des cours de français, tandis que le juriste fournit des justificatifs de domicile et aide les migrants détenus en CRA (Centre de Rétention Administrative).

Au niveau administratif enfin, les rôles sont divers. Les policiers tentent d’arrêter les migrants « clandestins » pour les conduire au CRA. L’OFPRA gère les demandes d’asile, la préfecture s’occupe des titres de séjour, le tribunal administratif supervise les recours juridiques… Et au centre de tous ces méandres, l’animateur-Préfet décide, souverain, de l’attribution ou non des fameux sésames. Bref, une vraie jungle administrative, qui désoriente beaucoup les « migrants d’un soir » ! (De même qu'elle désoriente les migrants qui y sont réellement confrontés…)

Au plus près de la réalité

Pour se rapprocher au maximum de la réalité, le jeu est soumis à une temporalité différente : il dure entre 1h et 1h30, mais représente une année entière dans la vie des migrants, ce qui permet ainsi de montrer à quel point les délais de traitement administratifs sont longs.

Autre intérêt du jeu, montrer que les migrants ne sont pas tous logés à la même enseigne. Ainsi, pour certains, l’obtention d’un titre de séjour est un jeu d’enfant, à l’instar de Mohammed Al-Wahhab, riche Saoudien et propriétaire d’un hôtel particulier Place Vendôme. Le Préfet lui déroule en personne le tapis rouge, et lui accorde sans tarder un titre de séjour, sous les yeux désabusés des autres migrants qui attendent depuis des mois le « précieux ». À l’inverse, d’autres migrants sont en situation irrégulière dès le début du jeu et ont pour seule préoccupation de rester cachés aux yeux des policiers : la demande de titre de séjour ne fait même pas partie de leurs attentes.

« Papiers s’il vous plaît » parvient donc à mettre en lumière les problématiques de la politique d’immigration et de droit d’asile en France : conditions d’accueil déplorables, inégalités de traitement entre les demandes de régularisation, durée de traitement des dossiers trop longue, brutalité des forces de l’ordre…

Un jeu frustrant… au débriefing enrichissant

Lors de la soirée du 29 avril, à la fin du jeu, seulement 7 migrants et demandeurs d’asile avaient régularisé leur situation. Lorsque les participants expriment leur ressenti, on sent toute la frustration qu’ils éprouvent : « pénible », « attente trop longue », « injuste », « impuissant »…

En effet, le débriefing est plus que jamais nécessaire pour cet outil, car la phase de jeu, seule, peut laisser un goût amer… Il est préférable d’avoir recours soit à l’intervention d’un « expert » de la thématique, soit d’un animateur suffisamment calé sur le sujet des migrations.

Ce Doc’Action nous a permis d'entendre l’intervention de Céline Dumont, bénévole de La Cimade, association d’entraide avec les migrants. Elle a éclairé les autres participants par son expérience en matière d’accueil et d’accompagnement des migrants. Elle a apporté de nombreuses informations sur les lois en rapport avec l’immigration, sur le système d’asile, sur l’accès au séjour régulier…

Alors que la question de l’immigration fait quotidiennement et tristement la une de l’actualité (les naufrages des migrants dans la Méditerranée, les « jungles » de Calais…), les actions de plaidoyer, d’information et de sensibilisation deviennent encore plus importantes. « Papiers s’il vous plaît » apparaît donc comme un excellent moyen d’aborder ces thématiques.

Convaincus par l’outil ? Vous pouvez télécharger la fiche de l’animateur dans la rubrique Outils Pédas ! Starting-Block travaille par ailleurs à l'amélioration du livret d'animateur.

Kévin, volontaire à Starting-Block