Navigateur incompatible avec le site Starting Block
Conteneur global
Fil d'ariane
AccueilActualitésFocusQuelle place pour les jeunes dans la solidarité internationale ?

Les négociations climatiques au collège

animation négociations climatiquesTout au long de l'année scolaire, Starting-Block intervient dans plusieurs établissements scolaires de Seine-Saint-Denis pour proposer des ateliers sur les négociations climatiques. Un programme qui s’inscrit dans le cadre de la COP 21, la conférence internationale sur le climat, accueillie par la France en décembre 2015.

Quand la COP 21 s’invite au collège

Les animateurs de Starting-Block ont eu fort à faire pendant ce mois de janvier. Ils ont opéré dans des classes de quatrième, au collège La Pléiade (Sevran), à l’établissement scolaire Raymond Poincaré (La Courneuve) et au Collège International (Noisy-le-Grand) pour mettre en place des ateliers de 1h30 à 2h afin de préparer les élèves à des simulations de négociations climatiques internationales, auxquels ils se prêteront au mois de juin 2015.

Cette préparation se déroule en trois phases. Un premier atelier organisé par l’association « Les petits débrouillards » sensibilise les collégiens au versant scientifique et technique de la question climatique. Une seconde activité, menée par Starting-Block, leur permet d’identifier les différents acteurs d’une négociation climatique internationale. Enfin, un dernier atelier, co-organisé par les associations Eloquentia et Starting-Block et prévu pour le mois de juin, approfondira les rôles et le déroulé de la simulation.

Les trois ateliers du mois de janvier s’inscrivent dans la deuxième phase de préparation à ces négociations climatiques internationales fictives. Les jeunes ont pris connaissance des acteurs à travers un « jeu des chaises » et surtout un travail en groupe autour de dessins.

Jeu des chaises et prise de conscience

Le jeu des chaises est l’un des classiques de Starting-Block. Il a pour but de faire prendre conscience aux participants des différences de répartition de population, de richesses et d’empreinte écologique à travers le monde. Les élèves remarquent que certains continents sont surpeuplés par rapport aux richesses en présence tels que l’Afrique ou l’Asie alors que d’autres sont sous-peuplés comme l’Europe et l’Amérique du Nord : les deux « Européens » se prélassent sur cinq chaises tandis que les trois « Africains » doivent tenir sur un seul siège…

Enfin, lors d’une dernière phase, on utilise des feuilles de papier pour représenter l’empreinte écologique des différents continents : des inégalités sont, là aussi, pointées du doigt avec certains pays proportionnellement très pollueurs comme l’Europe et l’Amérique du Nord et d’autres beaucoup moins comme l’Afrique par exemple.

Caricature inondations

Des dessins pour identifier les acteurs des négociations climatiques

Dans une seconde partie, la classe est répartie en quatre groupes. Chaque groupe travaille alors avec un animateur autour d’un dessin. C’est à ce moment que les élèves sont confrontés à des problématiques spécifiques liées au réchauffement climatique et qu’ils identifient les différents acteurs d’une négociation climatique. À l’issue de chaque atelier de travail, les élèves élaborent une restitution, sous la forme d’une saynète, afin de sensibiliser le reste de la classe à la problématique qu’ils auront abordée.

Quatre caricatures sont utilisées, qui traitent chacune d’un thème particulier. Elles abordent, sous un angle différent à chaque fois, les conséquences économiques, sociales et environnementales du réchauffement climatique. Ces dessins permettent aussi d’identifier les acteurs d’une négociation climatique internationale : Etats, entreprises, associations et populations locales.

- La déforestation : Cette caricature sensibilise les élèves à la question de la déforestation et à ses conséquences sociales (expulsion des habitants) autant qu’environnementales.

- Les inondations : Ce dessin montre l’inégalité des différentes régions du monde face aux conséquences du réchauffement climatique : pour le Nord, la fonte des glaces et pour le Sud, des inondations à répétition.

- Les biocarburants : une troisième caricature pointe les conséquences parfois néfastes de solutions adoptées contre le réchauffement climatique. Les problèmes de faim dans le monde et les conséquences de l’utilisation de biocarburants sont soulignés.

- Le tourisme et la répartition de l’eau : une dernière caricature met en regard les conditions de vie de la population d’un « pays du Sud » et celles de touristes dans un hôtel de luxe, permettant d’aborder la question de l’emploi pour les populations locales tout en soulevant la différence de niveau de vie entre les populations du Nord et du Sud.

caricature tourisme

Débriefing et des idées

A la fin des saynètes, un débriefing général a lieu. Les liens entre les différents enjeux sont alors explicités pour montrer le caractère systémique de la question du réchauffement climatique. Les élèves font également part de leurs ressentis. Ils s’avèrent être des forces de proposition actives lors du travail en groupe : ils questionnent les représentations et soulèvent les principaux enjeux liés aux différentes caricatures. Par ailleurs, ils apprécient beaucoup la restitution sous forme de saynète.

Grâce à ces ateliers, les jeunes apprennent à connaître les différents acteurs des négociations climatiques et à comprendre les inégalités dans les rapports de force internationaux. Ils prennent également conscience du fait que les pays du Sud sont plus touchés par le réchauffement climatique. Le groupe évoque aussi les enjeux de la COP 21, qui se déroulera en décembre 2015 en Ile de France.

Avec les animateurs, les collégiens abordent les solutions à adopter pour peser sur le réchauffement climatique. Par ses choix individuels ou par un engagement collectif, ils comprennent que chacun peut agir à son niveau. Au collège international de Noisy-le-Grand, les élèves sont déjà pré-sensibilisés, car l’établissement lui-même agit en faveur de l’environnement : construit l’an dernier, il sera, à terme, auto-suffisant en énergie… voire excédentaire.

Mame et Kévin, volontaires à Starting-Block