Navigateur incompatible avec le site Starting Block
Conteneur global
Fil d'ariane
AccueilActualitésFocus

Création d'un jeu sur l'orientation des jeunes avec un handicap

Plateau de jeuStarting-Block vient de créer un tout nouveau jeu autour de l’orientation, pour l’animation des séances de tutorat Handivalides : l’Orient Express. Nous avons décidé de vous mettre au cœur du processus pédagogique, en proposant plusieurs articles sur la création de ce jeu, des objectifs de départ aux 1ères phases tests avec les jeunes. Pour cette première partie, Cora, chargée de mission, revient sur les besoins qui ont suscité la création du jeu, en lien avec l’orientation des jeunes handicapés.

Quelle est la place de l’orientation dans le projet du tutorat Handivalides ?

Les tuteurs qui accompagnent les jeunes ne sont pas des professionnels de l’orientation ; ce qu’on souhaite, c’est qu’ils puissent amener les jeunes à se poser des questions, sans leur donner de réponses toute faites, mais en leur faisant comprendre que les choix qu’ils vont prendre sont importants pour l’avenir. Le rôle des tuteurs, c’est surtout de faire découvrir aux jeunes des métiers, des parcours de formation, d’élargir leur spectre.

Quel a été l’élément déclencheur pour la création de l’Orient Express ?

De nombreux tuteurs nous ont exposé leur difficulté d’aborder l’orientation sans que cela ne soit trop technique ou trop formel ; on souhaite que les séances soient un bol d’air pour les jeunes. On a regardé ce qu'il existait comme outil, notamment dans les CIO, mais cela nous paraissait trop scolaire. Alors, en tant qu’association d’ECS digne de ce nom, on a décidé de se lancer !

L’orientation, c’est très large, quels ont été vos choix pédagogiques, en lien avec les valeurs du projet ?

Effectivement, le premier travail a été de définir les sujets qu’on souhaitait aborder et la manière de les traiter. En l’occurrence, notre objectif avec le tutorat, c’est de dédramatiser à la fois l’orientation et le handicap. En effet, les élèves peuvent avoir une certaine pression de par leur entourage scolaire, familial, et le handicap peut ajouter une difficulté avec des phénomènes d’orientation subie. Il y’a encore beaucoup de préjugés sur l’orientation des jeunes handicapés, surtout dans certains milieux éducatifs trop confinés.

Pour dédramatiser l’orientation, on a mis en avant le fait qu’il est possible de changer d’orientation en cours de route, et qu’il existe des passerelles pour atteindre ses objectifs. Il faut miser sur la curiosité, se renseigner et faire appel à des personnes ressources. Dans le même ordre d’idée, on a souhaité dédramatiser le handicap, en montrant dans le jeu que l’orientation, c’est pour chaque jeune, valide ou handicapé, une question de choix personnel en fonction de ses potentialités, de ses limites et de ses envies. Le handicap peut constituer parfois une limite, mais pas forcément, et celles-ci ne sont pas forcément le fait d’un handicap, on peut par exemple parler de difficulté dans une matière en particulier…

A quelles compétences as-tu fait appel pour la création du jeu ?

On a formé un groupe de travail avec des tuteurs et la chargée de mission outil pédagogique. On a également reçu l’appui d’une conseillère d’orientation psychologue du réseau handicap, Mme Raev. Elle nous a soutenus sur la démarche pédagogique, notamment en nous conseillant de ne pas mettre les jeunes dans une posture projectionniste personnelle, pour ne pas cristalliser leurs propres craintes liées à l’avenir. Et pour finir, une amie graphiste nous a aidée à donner vie au jeu.

Les premières séances de tutorat 2013/2014 seront bientôt lancées, peux-tu nous dire où en est le projet ?

Cela avance très bien, nous avons dix établissements partenaires (3 établissements spécialisés et 7 établissements classiques avec des dispositifs ULIS intégrés). 100 jeunes vont pouvoir bénéficier du tutorat cette année, avec tous types de handicap (sensoriel, psychique, cognitif, mental), ce qui rend le projet très riche. Quarante jeunes bénévoles se sont engagés sur le projet, il manque encore quelques tuteurs, n’hésitez pas à nous contacter !

Propos recueillis par Emilie Ouchet,

Starting-Block