Navigateur incompatible avec le site Starting Block
Conteneur global
Fil d'ariane
AccueilActualitésLe festival Alimenterre, c'est maintenant !

Actualités

Les actualités de Starting Block

Rencontre avec Agrista

Le festival AlimenTERRE, du 15 octobre au 30 Novembre, nous fait réfléchir aux enjeux alimentaires et agricoles mondiaux. Mais alors que peut-on faire suite à le visionnage d'un film, est-ce que des jeunes sont engagé-es sur ces thématiques et que font-ils ? 

 Rencontre avec Louise Seconda, bénévole de Starting-Block mais aussi engagée au sein de l'association ISF-Agrista.

C'est quoi ISF-Agrista ? Dans quel but vous rassemblez-vous ?

ISF-Agrista est une association rattachée à la fédération ingénieurs sans frontières (ISF), qui œuvre pour la souveraineté alimentaire et une agriculture respectueuse des écosystèmes. Le nom Agrista vient d’agriculture et souveraineté alimentaire.

Nous souhaitons par nos actions montrer les effets néfastes des systèmes alimentaires capitalistes (c’est-à-dire dont l’objectif premier est de faire du capital plutôt que de nourrir convenablement la population) et proposer des alternatives généralisables pour être accessibles à tous. Nous nous plaçons donc dans une perspective de changements sociaux.

Nous avons nos propres projets, mais travaillons aussi beaucoup avec des collectifs plus larges où des bénévoles portent la voix d’ISF-Agrista. En particulier, nous faisons partie du conseil d’administration de Commerce équitable France, du collectif Pour une autre Pac, de la C2A (instance de coordination sud sur l’agriculture et l’alimentation), et participons à des réunions du CFSI - qui coordonne le festival AlimenTERRE.

 

Un beau projet! Combien de personnes sont engagées avec Agrista ?

Nous sommes un petit groupe d’une quinzaine de bénévoles, tous très sensibles aux questions agricoles et alimentaires, mais pas forcément professionnels de ce domaine.

Et comment fonctionnez-vous, quels liens avez-vous avec Ingénieurs Sans Frontières ?

Nous essayons de nous retrouver trois weekends par an pour travailler et selon les projets nous organisons aussi des réunions entre ces weekends pour avancer. Aussi, nous faisons partie de la fédération ingénieurs sans frontières. Ce qui nous amène à participer aux événements et au conseil d’administration de la fédération. En particulier, plusieurs formations et temps fédératifs sont organisés durant l’année et on essaie d’y participer en animant des ateliers notamment.

 

Quelles actions menez-vous en général ? Avez-vous des actions phares prévues pour 2019/2020 ?

Les années à ISF-Agrista ne se ressemblent pas, car nous essayons à chaque fois de faire selon les envies et forces bénévoles présentes. Néanmoins, on peut dire que nos actions sont plutôt tournées vers la réflexion, le plaidoyer et la création d’ateliers pour les formations et temps fédératifs d’ISF. On utilise beaucoup les méthodes d’éducation populaire.

Cette année en particulier, nous allons contribuer à l’organisation d’un weekend thématique avec le groupe local ISF-Alès sur la souveraineté alimentaire le 11 et 12 janvier à Alès.

Aussi, nous continuons à porter le projet de sécurité sociale de l’alimentation avec l’organisation d’un weekend en novembre avec d’autres collectifs ou personnes avec qui nous pourrions porter ce projet plus largement.

 

On avait effectivement entendu parler de cette idée de sécurité sociale de l'alimention : tu peux nous en dire plus et où ça en est?

Ce projet de sécurité sociale de l’alimentation part du constat que d’un côté de nombreux agriculteurs ne parviennent pas à vivre décemment de leur travail, et de l’autre de plus en plus de ménages ne peut ni « voter avec son portefeuille » pour encourager une agriculture éthique et respectueuse de l’environnement, ni exprimer ses préférences alimentaires.

Ainsi, nous proposons par ce projet de sanctuariser un budget pour une alimentation choisie afin de rémunérer convenablement les travailleurs agricoles et de mettre en place une démocratie alimentaire. Concrètement, il s’agirait d’un budget de 150€ par mois et par personne prélevé par cotisation et qui pourrait être utilisé uniquement pour l’achat d’aliments conventionnés de manière démocratique. Ainsi, ce projet permettrait de sortir une bonne partie l’alimentation des logiques de marché, comme ce fut le cas pour la santé lors de la création de la sécurité sociale de l’alimentation, tout en réalisant un pas de géant vers la souveraineté alimentaire pour toutes et tous.

Depuis environ 8 mois, nous avons beaucoup communiqué sur le projet par des articles, mais aussi des interventions (Journée Accessible des CIVAM, Amis de la confédération paysanne, Contre-G7, Modef des Landes, ou encore auprès d’un groupe local d’ATTAC). Maintenant, on cherche à élargir le groupe de travail avec d’autres collectifs, chercheurs ou personnes pour nous renforcer et peut-être mettre en place une expérimentation.

Et toi, Louise, pourquoi t'es-tu engagée dans ce collectif à la base? Qu'est-ce qui est important pour toi de défendre ici ?

J’étais déjà bénévole à ISF avant de m’engager à ISF-Agrista. Je pense que je me suis engagée au départ, car j’ai été impressionnée par l’expertise et l’efficacité du groupe. Le projet associatif me parlait et continue de me parler beaucoup. Pour moi, toutes les actions que l’on mène sont importantes à partir du moment où on a envie de les porter. Je pense que ce qui est intéressant avec ISF-Agrista, c’est de porter une vision et une expertise complètement indépendante d’intérêts financiers. Parfois, ça peut bousculer un peu les partenaires dans les collectifs, mais ça me semble très important.  

Merci beaucoup Louise pour toutes ces informations et bonne continuation à ISF-Agrista dans ses actions !