Navigateur incompatible avec le site Starting Block
Conteneur global
Fil d'ariane
AccueilActualitésLe Réseau Sens lance la Campagne ECS !

Chapitre 3 : organiser un temps de réflexion sur le handicap

EN AMONT

Pour permettre à tous de se saisir de la question du handicap sur le campus, vous pouvez organiser une rencontre sur cette thématique. Un temps de réflexion peut prendre différentes formes, être plus ou moins vertical et plus ou moins participatif.

Pour vous aider, voici quelques idées grappillées au fil de la Campagne Handivalides du côté de Marseille, Grenoble et Créteil...

Le choix du thème

« Le temps de réflexion avait comme objectif de mettre en avant notre méconnaissance sur le sujet du handicap et l'absence de cours traitant ce sujet dans nos études de pharmacie et de médecine ». Doris, étudiante à l'université Joseph Fourier, Grenoble, Campagne 2012

Pour permettre au plus grand nombre de se sentir concernés, il est important de bien choisir son thème. N'hésitez pas à prendre appui sur votre vécu d'étudiant, des problématiques concrètes rencontrées, vos cours et vos futures orientations professionnelles etc.

Deuxième conseil, la thématique du handicap peut être abordée sous de multiples angles et surtout incluse dans des enjeux globaux à l'échelle de la société. A Marseille, l'asso étudiante Unis-Terre a proposé aux étudiants de l'école Euromed Management dans le cadre de la campagne Handivalides, de se pencher sur la Responsabilité Sociale et Environnementale des entreprises –RSE.

« Etant dans une école de commerce, il nous a semblé plus pertinent de proposer un sujet plus vague n'intégrant pas forcément le mot "handicap" (...) [car] lorsqu'on aborde un sujet comme le handicap, de nombreux étudiants restent dans les clichés ». David, étudiant à Euromed Management, membre du projet Hand in Hand de l'association Unis-Terre.

La répartition des tâches

Parce que le travail d'équipe demande une vraie coordination, un découpage clair des missions permettra à chacun de savoir ce qu'il peut faire. A l'Université Paris 12, la table ronde se prépare :

« Etant 6 étudiants à mener ce projet, nous nous sommes répartis les rôles en fonction de ce que chacun voulait faire ou non tout au long de la journée (animer la table ronde, organiser le repas à l'aveugle, installer le matériel...). Pour organiser tout cela, nous nous retrouvons souvent sur nos temps de pause». Marion, étudiante à l'institut d'ergothérapie, Paris 12

Les intervenants extérieurs

A vous de faire jouer votre réseau et de vous y prendre suffisamment en amont pour contacter plusieurs personnes et avoir le temps de les rencontrer ou d'échanger avec chacun avant le jour J.

« Nous sommes 3 au pôle sensibilisation ; Chacun de nous trois a essayé de faire jouer nos contacts dans le but de faire venir les intervenants ». David, d'Euromed Management.

Le choix du lieu

Combien de personnes attendez-vous ? Les participants auront-ils besoin de se déplacer pendant l'atelier ou resteront ils assis ? De quel espace avez-vous besoin ? Souvenez-vous qu'une petite salle bien remplie donnera une meilleure impression qu'un grand amphi à moitié vide !

N'oubliez pas non plus le critère de l'accessibilité de la salle, ce serait dommage de proposer un temps de réflexion sur le handicap au sein de la fac si les étudiants handicapés moteur ne peuvent y accéder !

La mobilisation des étudiants....

Flyer, tract, mailing, crieur public... à vous d'inventer et de mettre en place les meilleurs moyens de faire passer l'info ! Sans oublier d'être attentif aux emplois du temps des étudiants pour être sûr qu'un plus grand nombre puisse être présent.

« Pour l'année prochaine, on essaiera de trouver une date ou un horaire qui puisse permettre à plus d'étudiants de venir. En effet, à 17h, les étudiants sortent à peine des cours... » David, membre du projet Hand in Hand à Marseille.

Impliquer plus largement !

Au-delà des seuls étudiants, le temps de réflexion peut être l'occasion d'interpeller l'administration et les instances dirigeantes de l'université ou de l'école !
« [C'était] l'opportunité pour nous de montrer aux personnes de l'administration qu'il était possible et souhaitable d'organiser des cours sur ce sujet dans nos cursus, notamment sous forme de cas cliniques et de mises en situation ». Marie, Université Joseph Fourier, Grenoble.

Mais on peut impliquer encore bien d'autres publics. A l'Université Paris 12, la table ronde s'adresse aussi à des lycéens en situation de handicap, potentiels futurs étudiants de l'université !

« On espère que les élèves oseront poser des questions. On a envie que ce débat donne envie aux lycéens de rejoindre l'université, qu'il les rassure sur leurs appréhensions, s'ils en ont. On espère que cette table ronde apportera des réponses aux questions que se posent ces jeunes, c'est notre principal but ! » Marion, étudiante à l'institut d'ergothérapie, Paris 12

Découvrez aussi : organiser un temps de réflexion sur le handicap, le jour J