Navigateur incompatible avec le site Starting Block
Conteneur global
Fil d'ariane
AccueilActualitésSAVE THE DATE

Actualités

Les actualités de Starting Block

Droits des femmes, Chien guide & ECS : un cocktail de choc !

Cher lecteurs et lectrices, je me présente je suis Sting et je suis chien guide de mes fonctions. Pour la journée internationale des droits des femmes, je souhaiterais vous présenter une femme qui depuis dix ans œuvre au sein de Starting-Block, pour favoriser le changement de regard sur le monde qui nous entoure. Cette femme, c’est ma maîtresse Carla Jordao. Alors que sonne pour moi l’heure de la retraite et qu’avec elle, pendant d’un peu plus de 9 ans j’ai parcouru la France d’Est en Ouest et du Nord au Sud, je me suis dit que j’allais prendre la plume pour l’interviewer. Profitez-en c’est une exclu que j’ai réussi à vous décrocher.

Carla, en février dernier tu as fêté tes 10 ans au sein de Start’, qu’en retires-tu ?

Mon petit Sting, j’en retire beaucoup de chose. Tout d’abord, de nombreuses rencontres, de nombreux souvenirs joyeux et d’autres tristes car la vie au sein de Starting-Block n’a pas toujours été simple et rose.

Malgré tout, le plus important c’est que j’ai pu professionnellement trouver un espace d’engagement où je peux très humblement apporter ma pierre à l’édifice.

Vraiment, de quelle pierre à l’édifice parles-tu ?

Celui de faire changer les choses, les perceptions que l’on peut avoir sur le handicap mais pas seulement,  aussi sur les inégalités de richesse ou encore les discriminations. Or, tout cela je peux le faire au travers des animations que je mène et que j’ai mené. Je n’aurai pas non plus la prétention que cela fonctionne à 100%, car les sensibilisations menées auprès des jeunes en milieu scolaire, auprès des étudiant.es et du public professionnel est un travail dont le fruit n’est pas toujours visible immédiatement. Ce sont quelques graines qui sont plantées çà et là et qui germeront plus ou moins rapidement.

De plus, si tout ce travail est rendu possible, c’est grâce aux bénévoles, volontaires et salarié.es de Starting-Block que cela s’effectue depuis 20 ans déjà. Outre, tous ces humain.es, il y a toi aussi Sting car si j’ai pu aller dans les quatre coins de la France et que le regard des personnes touchées a pu changer, c’est aussi grâce à toi.

Merci, chère maîtresse, je suis touché… Pour en revenir à nos moutons, j’aurais une autre question à te soumettre. Starting-Block a pour particularité d’employer des méthodes que nous nommons d’Education à la Citoyenneté et à la Solidarité (ECS) qui s’appuient sur une méthodologie ludique et participative, penses-tu que l’ECS ait une réelle  plus-value pour favoriser le changement social visé par Starting-Block ?

Oui, sans aucun doute. L’ECS, si le concept peut sembler flou quand on ne le connaît pas, est vraiment un moyen d’aller tirer le meilleur des personnes. Chacun.e peut s’investir à son échelle au cours des jeux de rôles ou des mises en situation que nous proposons. Je trouve que c’est un moyen accessible à tou.tes et même moi qui ignorait au départ tout du monde de l’animation, j’ai pu m’enrichir sur une variété de techniques d’animation mais surtout, je suis la première à avoir changé mes perceptions sur bien des domaines. Une chose est certaine, c’est que l’ECS permet d’éveiller l’esprit critique et d’apporter une vision plus globale et systémique des problématiques de citoyenneté et de solidarité sur lesquelles nous nous interrogeons.

Etant donné que cet article paraîtra dans le cadre de la journée internationale des droits des femmes, j’aimerais avoir ton avis sur ces droits et notamment en tant que femme, et femme en situation de handicap...

Bien, le sujet reste vaste. Une chose est certaine, c’est qu’en 2019 on est encore obligée de se battre pour que les droits à l’égalité femmes-hommes sur bien des domaines soient respectés. Notre société évolue chaque jour un peu plus vite en bien des sphères mais lorsque  cela touche les Droits Humains pour les un.es ou les autres, on semble être englué dans des peurs de bouleversements cataclysmiques. Pourquoi doit-on encore et toujours s’interroger et lutter pour garantir les droits des femmes ?

Sommes-nous des êtres si effrayants que de mettre tout le monde sur le même pied d’égalité semble être incongru ?

Une chose est certaine, c’est que les choses bougent pas mal et que les femmes trouvent de nouvelles formes d’engagement. Malgré tout, si je trouve cela positif, j’y apporterai un bémol, c’est qu’il faut rester vigilant.e à ne pas tomber dans l’excès. Nous avons des droits et il est important que ceux-ci soient respectés, mais il n’y a pas nécessairement besoin de tout révolutionner pour que nous soyons égaux et égales…. Je pourrais ici relancer la question du « madame » pour toutes. Bien, est-ce que toutes les femmes souhaitaient vraiment ce type de changement ? Pourquoi pour se sentir l’égale des hommes, on a réfléchi en ce sens et pourquoi pas militer pour que les hommes tant qu’ils ne sont pas mariés ou pacsés aient le statut de sieur ou damoiseau ?

Oui, j’aime les débats, déformation professionnelle oblige… (Rires)

La question que tu me posais interroge aussi le fait que je sois une femme en situation de handicap. Bien, il est certain que dans bien des cas être femme et handicapée peut être un cocktail assez détonnant. Pour ma part, je ne suis pas certaine que ces deux éléments combinés m’aient défavorisée. Il est probable que mon handicap ait plus souvent pris le pas sur le fait d’être une femme sur les sujets de discriminations que j’ai pu subir. Une chose est certaine, c’est que certaines femmes se retrouvent face à des formes de discriminations multiples parce qu’elles sont d’origines étrangères, par leurs orientations sexuelle, religieuse et bien d’autres critères. C’est donc un véritable enjeu qui fait partie des questions sociétales sur lesquelles nous nous interrogeons de plus en plus  au sein de Starting-Block et que l’on aborde au cours de nos animations et formations.

Bien, l’interview touche à sa fin, mais j’aimerais te poser une dernière question. Tu représentes au sein de Starting-Block bien des choses  pour tes collègues,  bénévoles  et volontaires que tu côtoies, sans parler des milliers de personnes jeunes et moins jeunes que tu as croisé. Tour à tour désignée de doyenne, mémoire de l’asso, de warrior, de personne courageuse parce que tu t’accordes le droit de vivre une vie normale…. Est-ce que tu es une nouvelle réplique de Wonder woman ?

Bon, alors là pas du tout pour Wonder woman, je n’arriverais pas à rentrer dans son costume, le mien me suffit amplement et il est loin d’être celui d’une super héroïne. Pour le côté doyenne et mémoire, si d’une certaine manière cela me fait prendre un sacré coup de vieux, d’un autre  côté cela me fait plaisir. Starting-Block est passée par de très mauvais moments et je suis la première surprise de me dire que je suis encore là, alors que d’autres sont parti.es vers d’autres aventures un peu par la force des choses. J’en garde une certaine fierté tout de même d’avoir vécu tout cela et si je peux partager avec la nouvelle génération tout ce vécu, c’est aussi un moyen de faire en sorte que Starting-Block aille toujours plus loin, sans oublier d’où l’on vient. Heureusement pour moi, je ne suis tout de même pas la seule à porter cette histoire !

En ce qui concerne les autres aspects et notamment celui qui peut être porté sur moi dans le cadre des animations, une chose est certaine, c’est que je ne cherche pas à cautionner ce genre de regard sur ma vie. Oui, je travaille, j’ai une vie la plus normale possible, mais cela ne fait pas de moi une personne exceptionnelle. Mon travail au travers des actions de handicap notamment est de faire en sorte que toutes et tous, nous puissions avoir une vie sociale la plus égale possible. Si cela peut s’appliquer aux personnes en situation de handicap, en réalité j’essaie de porter la réflexion plus loin. On n’a pas forcément « besoin d’être handicapé.e » pour avoir des difficultés à avoir une vie « normale ». Donc, je ne peux pas me considérer plus courageuse ou plus warrior qu’une autre personne.

D’ailleurs, il est temps pour moi de me remettre au boulot, j’ai encore pleins de personnes à sensibiliser aux enjeux du monde qui nous entoure, pour en faire un monde juste, inclusif et solidaire!

Pffwouff! Si ce n’est pas une phrase digne d’une super-héroïne, je ne sais pas ce que c’est… Foi de chien guide ! D’ailleurs comme c’est une mission qui n’est pas près de finir, je passe le relais à la nouvelle recrue de Carla : Nanouk la nouvelle chienne guide et pendant que les « female » œuvrent pour  favoriser la transformation de la société, moi je pars me prélasser à la retraite. Haut les cœurs et roulez jeunesse !