Navigateur incompatible avec le site Starting Block
Conteneur global
Fil d'ariane
AccueilActualités

Actualités

Les actualités de Starting Block

A la rencontre de Lille sans Relou

Alors que ces derniers temps le harcèlement a fait couler beaucoup d’encre entre dénonciation, expression d’opprimé.es, opinions opposées ; on est allé faire un petit tour du côté de celles.ceux qui sensibilisent et  qui créent des espaces pour en discuter. Ce mois-ci, on vous présente donc Lille sans Relou, membre du réseau SENS depuis 3 ans. Rencontre avec Clémentine, vice-présidente.

Lille sans Relou est une association de loi 1901 créée en 2015, elle fête donc ses trois d’existence. C’est une asso féministe, qui lutte contre le harcèlement dans l’espace public et semi public.  15 bénévoles font vivre cette association, dont Clémentine qui en a pris la vice-présidence. Elle faisait partie d’une asso LGBT à Lille 3, c’est pendant une soirée organisée par Animafac qu’elle a rencontré l’équipe de Lille sans Relou. Déjà convaincue par le but de l’asso et à base de bonne ambiance, elle a fini par rejoindre le bureau.

Concrètement que fait ton asso pour lutter contre le harcèlement ?

On fait surtout des « happenings » sur des évènements avec des animations comme le Mur de la Honte : c’est un mur où les passant.es sont invité.es à témoigner sur une situation de harcèlement dont ils.elles ont été victimes ou témoins.  On crée ainsi un espace de discussion qui permet de parler de la situation, qu’elles.ils ne se sentent pas seul.es et puissent prendre du recul sur leur réaction. Pour se poser les questions, les bénévoles mettent en place des débats mouvants ou des mises en situation qui permettent de se positionner sur une ou des réactions qu’on a eu et en disctuer : simplement en parler permet de ne pas rester seul.es dans cette situation. L’espace permet de se dire que quelle que soit la réaction qu’on a pu avoir, si on ne s’est pas mis.e en danger, c’est déjà bien. Chacun.e réagit différemment en fonction de la personne, de la situation ; il n’y a pas de bonne ou mauvaise réaction.

Il y a quatre évènements phares sur lesquels l’asso est présente dans l’année : la semaine des associations de Lille 3, la semaine contre les violences faites aux femmes, la journée des droits des femmes et la journée des fiertés. On y  tient des stands et on fait des animations.  

On fait aussi des sensibilisations en milieu scolaire ! On fait des débats mouvants avec les enfants, on déconstruit, on explique ce que sont les insultes, ce qu’elles véhiculent. A base de mise en situation, les jeunes peuvent ainsi saisir les enjeux et problématiques que peut créer le harcèlement.

Ca fait pas mal d’actions, et sûrement plein de monde sensibilisé grâce à vous, bravo pour tout ce que vous faites !! Quelles sont vos idées pour que 2018 soit aussi riche que les années précédentes ?

On a l’AG en fin de semaine, donc les projets sont en cours de validation, pour l’instant c’est TOP SECRET. Mais on continuera forcément le travail lancé sur le Label Bar sans Relou qui a été lancé en 2015 mais ne comporte pour l’instant que 2 bars à Lille, ce qui laisse peu de choix pour sortir tranquille. La volonté est de relancer le travail sur ce Label : quels seraient les critères pour qu’un bar soit labellisé ? Est-ce que les barmaid-men auraient un besoin de formation ? On va se pencher sur la question avec le collectif Stop harcèlement de rue.

Avec l’actualité, vous avez ressenti que plus de personnes se sentaient concernées par la lutte contre le harcèlement, avaient envie de s’engager à vos côtés?

On a noté une augmentation des personnes qui nous suivent sur les réseaux sociaux, c’est que dans un sens elles.ils se tiennent informé.es sur la question. Il n’y a pas forcément eu une vague de nouvelles.aux adhérent.es mais on a été contacté par plus de personnes pour faire des sensibilisations : des profs mais aussi des étudiant.es en master. On faisait partie de la Manif #MeToo qui a rassemblé une centaine de personnes à Lille. La séduction vient d’un accord entre deux personnes, si on voit que l’autre côté dit non, pourquoi insister, c’est alors que son avis n’est pas assez important pour compter ?

N’hésitez pas à suivre les actualités de Lille sans Relou pour connaitre les suites de ce Label Bar sans Relou !

Propos recueillis par Marion animatrice du réseau SENS, janvier 2018