Navigateur incompatible avec le site Starting Block
Conteneur global
Fil d'ariane
AccueilA vous d'agirLe Kit'InclusKit'inclus, chapitre 3 : organiser un temps de réflexion sur le handicap.

Kit'inclus

KIT'INCLUS, Chapitre 4 : L’accueil de nouveaux bénévoles : comment s’y prendre

Et si l'inclusion commençait dès la composition de votre association ? Comment faire pour accueillir une nouvelle recrue en situation de handicap ? Voici quelques pistes de réflexion, qui concernent toutes les associations. A vous de les compléter !


Etre identifié !

La première règle d'or pour votre association, c'est d'être identifiée ! Le forum des associations, le livret d'accueil de l'université ou le site internet vous permettront de décrire vos activités et de préciser que votre local est accessible, par exemple. N'oublions pas que les étudiants en situation de handicap ne sont pas tous obligés d'être membres d'une association qui traite de handicap. Pour toutes vos actions, n'hésitez pas à mettre en place un formulaire d'inscription en demandant aux participants de préciser, s'ils le souhaitent, leurs « besoins spécifiques » : il ne s'agit pas de demander aux étudiants en situation de handicap de vous donner leur dossier médical mais juste qu'ils puissent, s'ils le veulent, faire des demandes précises. Et cela ne concerne pas que le handicap (les allergies alimentaires peuvent aussi être concernées par exemple) !

Accueillir et oser demander de l'aide

Comme dans toute relation humaine, la rencontre avec une personne en situation de handicap peut ne pas être évidente. Cela n'est d'ailleurs pas forcément lié au handicap ! Au niveau de ce qu'on peut dire et ne pas dire, par exemple, sachez qu'on peut très bien demander à une personne déficiente visuelle « tu as vu le dernier film » et à un bénévole en fauteuil roulant s'il vient « à pied ». Inutile donc de bredouiller ou de vous excuser mille fois. Le vrai conseil, d'ailleurs, c'est tout simplement d'être vous-même et de vous comporter comme avec avec toute autre personne. Plutôt que d'essayer de deviner ses besoins ou d'anticiper ses difficultés, demandez-lui tout simplement ! C'est l'étudiant-e le/la mieux placé-e pour vous guider !

Et cela vaut pour tous les bénévoles potentiels de l'association, handicapés ou non...

Dans tous les cas, il vous faudra peut-être envisager une solution à laquelle vous n'avez pas pensé. C'est normal, car chaque personne est différente et chaque handicap l'est aussi. Si vous avez des doutes ou des craintes, cherchez à rencontrer la personne avant le jour J de l'évènement ou de la grosse réunion. Vous pourrez ainsi faire connaissance plus tranquillement et envisager ensemble les possibilités pour faciliter son intégration dans le groupe.

L'association peut aussi proposer un poste de référent handicap : le bénévole est alors la personne identifiée pour répondre aux questions sur l'accessibilité des lieux de réunion, ou contacter les futurs bénévoles pour les rassurer si besoin.

Accepter de se tromper

Au final, l'accueil du nouveau ou de la nouvelle bénévole ne pourra se faire qu'à condition que l'association et le bénévole aient envie, tous les deux, de se rencontrer ! Attention à ne pas faire de la « discrimination positive » ! Une association n'accueille pas un étudiant parce qu'il est en situation de handicap, mais parce qu'il correspond à son projet et à sa mission !

Chaque association a son propre mode de fonctionnement. Certaines associations fonctionnent avec des missions très précises, des postes cadrés bien définis. Si certains postes peuvent s'adapter en fonction du bénévole qui les occupe, il semble évident que certaines missions sont difficilement compatibles avec certains handicaps. Néanmoins, parlez-en toujours franchement avec la personne d'abord. Etant donné la diversité des handicaps, vous ne pourrez pas toujours savoir de l'extérieur ce qui est faisable ou pas par une personne.

Une fois le-la bénévole intégré à l'association, cela peut très bien se passer... Ou pas ! On peut ne pas accrocher, ne pas s'entendre, ne pas avoir d'affinités : ne pas être d'accord avec le bénévole. Handicapé ou pas, le bénévole est avant tout une personne et ne doit pas être infantilisé !

Entendu au Cycle de Formation Handivalides, octobre 2012 « Cela ne sert à rien de forcer la relation. On ne dit pas oui à un étudiant parce qu'il a un handicap et on accepte de dire ce qui ne fonctionne pas, handicap ou pas ! »

Et vous, comment vous y prenez vous dans vos association pour accueillir de nouvelles recrues quel que soit leur(s) handicap(s) ? Ecrivez à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.