Navigateur incompatible avec le site Starting Block
Conteneur global
Fil d'ariane
AccueilA vous d'agirLe Kit'InclusKit inclus, épilogue: le handicap, c'est l'affaire de tous !

Kit'inclus

Kit'inclus, Chapitre 2 : accessibilité et système D

Comment accueillir tout le monde sur ses évènements?

Parce qu'être étudiant ne commence et ne s'arrête pas aux portes de l'amphi, l'accès à tous les aspects de la vie étudiante est essentiel pour tous. Ainsi, les associations étudiantes doivent être conscientes de leurs responsabilités sur ce sujet.

S'informer et informer

Il faut pour commencer vous renseigner sur la situation de votre établissement d'enseignement et ce qui existe déjà en matière de politique handicap. Par exemple : y'a-t-il un poste de référent handicap ? Que font les autres associations du campus en matière d'accessibilité ?
Abordez aussi la question en interne : plus les membres de l'association seront investis de la question, mieux celle-ci s'ouvrira aux autres et sera en mesure d'accueillir les étudiants en situation de handicap sur une soirée ou un forum.

L'étape indispensable pour ouvrir ces actions, c'est aussi de communiquer et d'être identifié ! Une action accessible est avant tout une action connue et qui n'est pas uniquement réservée aux habitués.

Accessibilité universelle et Système D

Les textes de référence en matière d'accessibilité sont indispensables mais souvent très techniques. Plutôt que d'attendre de devenir un spécialiste, privilégiez dans vos actions le bon sens et le dialogue.

Malgré vos efforts d'accueil et d'anticipation, soyez conscients que toutes les situations ne pourront pas forcément être envisagées à l'avance et soyez prêts à passer au système D, comme débrouille.

Néanmoins, il ne faut pas être uniquement dans le bricolage, sous peine de décourager tout le monde ! « Le système D ne doit pas être une charge pour les étudiants qui donnent un coup de main : ils ne sont pas des accompagnateurs de vie de l'étudiant-e en situation de handicap. »** Et il ne doit pas non plus être gênant pour les étudiants en situation de handicap : dépendre systématiquement de la bonne volonté des autres pour accéder à une salle de réunion ou de soirées, ce n'est pas toujours évident.

Quelques exemples incontournables

Voici quelques idées concrètes pour rendre accessibles vos week-ends et soirées étudiantes. Attention, la liste ci-dessous est loin d'être exhaustive, à vous de la compléter !

En amont...

Pour toutes vos actions, n'hésitez pas à mettre en place un formulaire d'inscription en demandant aux participants de préciser, s'ils le souhaitent, leurs « besoins spécifiques » : il ne s'agit pas de demander aux étudiants en situation de handicap de vous donner leur dossier médical mais qu'ils puissent, s'ils veulent, émettre des demandes précises. Et cela pourra concerner le handicap mais également les régimes alimentaires par exemple ! " Le premier acteur, ça doit être l'étudiant parce que c'est lui qui se connaît !"*

La com...

Pour être certains que tout le monde ait l'info, diversifier vos vecteurs de communication. Pour informer sur une soirée, les affiches sont importantes mais aussi les mailings avec une adresse mail centralisant toutes les infos et toutes les questions. Vous pouvez aussi mettre en place un crieur public sur le campus : il pourra se déplacer pour annoncer l'évènement et répondre aux questions éventuelles.

Les soirées et galas

Veiller à l'accessibilité de la salle. Une visite en amont s'impose souvent pour vérifier tous ces aspects. Plus vous connaîtrez bien les lieux à l'avance (où se trouvent les ascenseurs ? Les rampes ? Comment fonctionne la signalétique ?), plus l'évènement se passera sereinement le jour J.
Plusieurs sites internet proposent un recensement des salles accessibles. En y passant un peu de temps et surtout en regardant les différents commentaires des internautes, vous pourrez vous faire une idée plus ou moins précise de l'accessibilité du lieu. Par exemple : jaccede.com.

Pour les week-ends :

Veillez à l'accessibilité des lieux évidemment (les chiens guides, sont-ils admis, par exemple ?).
Mais n'oubliez pas aussi l'accessibilité financière. Par exemple, pour un étudiant dont le handicap nécessiterait la présence d'un accompagnateur.

Pour les transports, un réseau de solidarité peut être mis en place, soit entre étudiants pour remplir les voitures, soit en proposant du covoiturage. Pour certains types de handicap moteur, néanmoins, un transporteur spécialisé sera nécessaire.

Pendant le week-end, proposez un panel d'activités assez variées, pour que chacun puisse s'y retrouver.

Et après ?

Votre évènement s'est bien passé, vous avez réussi à mettre en place un pédibus entre le campus et la salle du gala de fin d'année, le lieu était fléché, tous les étudiants se sont sentis bien accueillis. Ne perdez pas toutes ces infos et gardez les précieusement : coordonnées de lieux accessibles, personnes ressources, location de matériel adapté, trucs et astuces à ne pas oublier etc. Cela sera extrêmement précieux pour tous ceux qui prendront le relais l'année suivante.

« Un rapport d'activité de tous les événements organisé par notre association est rédigé chaque année pour transmettre nos expériences, nos difficultés, nos conseils pour l'organisation des événements de l'année suivante. Et bien sur, on se croise tout le temps sur la fac, nos numéros de téléphone et mails sont donnés, aucun souci donc pour nous contacter et nous poser des questions ! » Doris, Etudiante en Pharmacie à Grenoble.

* témoignage colloque d'ouverture de la Campagne Handivalides 2013, janvier 2013
** témoignage, cycle de formation Handivalides, octobre 2012

Pour aller plus loin :
- quelques chiffres clés sur le handicap
- les différents types de handicap
- peur d'être maladroit ? quelques petits trucs