Navigateur incompatible avec le site Starting Block
Conteneur global
Fil d'ariane
AccueilL'associationNos actionsOutils pédagogiques

Outils pédagogiques

Starting-Block propose sur son site Internet de multiples outils pédagogiques sur les thématiques liées à l’Education à la Citoyenneté et à la Solidarité (ECS).

Outils et techniques de débat

Il existe milles et une façon d'animer les échanges de manière à faciliter les prises de paroles de chacun et susciter la participation de tous. Voici quelques outils et techniques pour animer les échanges au sein d'un petit ou grand groupe !

Le débat mouvant


Le débat mouvant est un moyen d’organiser le débat, à partir d’une affirmation choisie à l’avance. Cette affirmation doit être choisie pour son caractère polémique, ou clivant, afin qu’on puisse aisément se définir comme étant « d’accord » ou « pas d’accord » avec elle. Par exemple, « Les couples homoparentaux doivent pouvoir adopter » ou « Aujourd’hui, les syndicats sont utiles et efficaces ». Ainsi, une fois l’affirmation énoncée, on forme deux camps : les personnes « d’accord » vont à gauche, les « pas d’accord » à droite. On donne alors un intervalle de temps à chaque groupe pour réfléchir et construire collectivement des arguments pour défendre sa position, puis vient le moment où chaque camp présente ses arguments à l’autre groupe.
Lorsqu’un argument est jugé recevable et convainquant par un participant, celui-ci peut changer de camp.
Source : « Débattre autrement », Animafac

Le but de chacun sera de trouver des arguments pour ramener le plus de monde possible dans son camp. L’animateur doit veiller à ce que chaque camp s’exprime équitablement et qu’au sein d’un camp la parole circule.

Attention : Afin de mettre l’accent sur le positionnement de chaque participants, les personnes qui n’ont pas choisit de camp, soit parce qu’elles hésitent, soit parce qu’elles n’ont pas d’avis, n’ont pas le droit à la parole. Si elles souhaitent s’exprimer, elles seront dans l’obligation de choisir un camp. Cet aspect de l’animation n’est pas prévu pour créer de la frustration mais pour obliger les gens à se positionner sur une problématique.

En fonction du temps disponible, l'animateur laisse les personnes débattre entre elles, demande des précisions, fait reformuler des arguments moins claires, relance le débat. Il est principalement modérateur et ne doit pas prendre la place de « l’expert ».



Le débat bocal à poisson ou « fish bowl »

Les participants sont répartis en 3-4 groupes et invitaient à débattre/échanger autour d’un sujet proposé. Dans un deuxième temps tout le monde s’installe en cercle et sont installées au centre une chaise par groupe. Les personnes au milieu (une par groupe) sont seules à pouvoir prendre la parole. Si une personne extérieure au groupe veut prendre part activement au débat, elle se lève et remplace la personne de son groupe au centre, en venant lui taper sur l’épaule.

Le débat Boule de neige


Le groupe de départ – qui doit être un multiple de huit – doit se diviser en petits
groupes de deux personnes. À partir d’une problématique posée, chaque petit groupe débat pendant environ dix minutes.
À la fin de cette première phase, chaque petit groupe rejoint un autre petit groupe, ce qui forme des groupes de quatre personnes qui débattent pendant environ quinze minutes. Enfin, chaque groupe de quatre personnes en rejoint un autre, ce qui constitue des groupes de huit personnes, qui vont débattre vingt minutes.) À l'issue de ces trois temps, chaque groupe de huit restitue les résultats de ses débats à l’assemblée plénière.


Le Gro’Débat



Le débat se déroule en 3 phases : identifier le problème / idéal, utopie / propositions concrètes représentées par un animateur répartis à 3 endroits de la pièce. Il peut y avoir une nappe de papier pour prendre des notes sur chaque phase.

Il est important de l’expliquer aux participants car ils vont devoir structurer leur pensée et leur argumentation en fonction de cela. Il est important que chacun joue le jeu de la phase où il est. Les participants sont libres de circuler entre les tables comme ils veulent.

Pour les animateurs : vous pouvez aussi faire le choix de débattre avec l’ensemble du groupe et de passer collectivement d’une phase à l’autre en prenant soin de bien annoncer le passage à chaque phase.

Phase 1 : « c’est quoi le problème » : on fait le tour des problèmes en demandant à chacun de s’exprimer sur quel est le problème posé selon lui ou elle par la phrase posée sur la table… On peut laisser 2 minutes au gens pour réfléchir avant de se mettre à parler, cela met les gens à égalité car tout le monde ne s’exprime pas avec la même rapidité et cela garantit des
échanges plus réfléchis, puis ça instaure un climat d’écoute…
Le but de cette phase est de complexifier le problème, les pistes de solutions ou de propositions sont interdites à cette phase ! En effet, d’habitude dans les débats c’est le bordel car tout se mélange, en même temps certains parlent de ce qu’ils aimeraient, d’autres du problème, d’autres de propositions réalistes… et ça ne mène pas à grand-chose, ça ne crée pas un vrai moment d’analyse collective…
Du coup là on commence tous par une phase de problématisation pour se forger une analyse collective des différents problèmes du problème, des différents enjeux de la question, et on passe d’abord par cette phase car ça nous aidera pour la suite… on est trop souvent dans la réponse immédiate à une situation insatisfaisante et parfois ça nous rend impuissant car on ne prend pas le problème par « le bon bout »…

Phase 2 « dans l’idéal… » : Les gens s’expriment sur ce qu’ils aimeraient dans l’IDEAL… ça fait du bien de libérer un peu l’imaginaire… ici on se situe en dehors de toutes contraintes, on libère nos utopies et ça fait du bien…


Phase 3 « propositions concrètes » : On ne se censure pas, on jette plein de pistes de propositions et on va vers de plus en plus de concret…